A 8h30, on distribue à l’entrée du lycée des prospectus contre la lecture de la lettre de Guy Môquet. Sur le prospectus, il y a écrit que cinquante professeurs du lycée ont signé une pétition contre la lecture de cette lettre dans les classes. A 12 heures, à la sortie des cours, on nous distribue cette fois une édition spéciale de L’Humanité sur le jeune militant communiste tué le 22 octobre 1941. Après la pause déjeuner, on aperçoit devant le lycée la voiture d’un sénateur qui est censé assister à la lecture de la lettre de Guy Moquet avec les élèves dont les professeurs sont pour cette lecture. Nous n’en faisons pas partie. Durant le cours d’histoire-géographie, notre professeur nous explique durant les dix premières minutes les raisons pour lesquelles elle ne souhaite pas lire cette lettre.

Premièrement, dit notre professeur, une femme, Guy Môquet n’était pas un résistant mais un communiste qui a en fait été arrêté pour propagande communiste, interdite dès 1939 en France et ensuite pendant la Seconde Guerre mondiale. Deuxièmement, Nicolas Sarkozy n’a pas à intervenir dans le programme de l’éducation nationale; le président a été ému par cette lettre mais il n’y a aucune symbolique de résistance ni de contexte historique. Enfin, selon elle, un terme de la lettre a été changé: « camarade » est devenu « compagnon » car le terme « camarade » est jugé comme un terme communiste. Notre professeur considère ce changement comme une manipulation.

Nous poursuivons notre enquête en interviewant les principaux concernés: les lycéens. Nous faisons donc lire cette lettre à quelques élèves. Tous nos camarades ont été émus et touchés mais ils considèrent que c’est une lettre universelle que chacun aurait pu écrire pour sa famille et qu’elle ne contient aucun intérêt historique. Une des élèves nous dit que : « Guy Môquet était le fils d’un dirigeant communiste et que parce qu’il était très jeune alors on s’identifie à lui. »

Zahra et Christelle

Zahra et Christelle

Articles liés

  • Le plus jeune député de France refuse de serrer la main au RN : qui est Louis Boyard ?

    Il a refusé de serrer la main à un député RN à l'assemblée nationale, il est le plus jeune député métropolitain de l'histoire de la Ve République française, il défend la jeunesse et les combats écologiques... Qui est Louis Boyard, député NUPES de la troisième circonscription du Val-de-Marne ? En s’imposant au second tour des élections législatives face à Laurent Saint-Martin, député sortant LREM, le jeune homme de 21 ans a créé la surprise. Portrait.

    Par Ayoub Simour
    Le 30/06/2022
  • « Strike » réussi pour la NUPES en Seine-Saint-Denis, malgré l’abstention

    En Seine-Saint-Denis, c’est un pari gagné pour la NUPES, qui visait sans détours le strike pour ces élections législatives. 12 circonscriptions sur 12 pour l'alliance de la gauche qui regroupe LFI, PS, EELV et PCF, qui détenait déjà sept circonscriptions, sous les couleurs du PCF et LFI. Le mot d’ordre qui semblait utopique pour certains est donc devenu réalité.

    Par Anissa Rami
    Le 20/06/2022
  • Face à la crise du logement, le gouvernement dans le déni

    Le résultat du second tour des législatives provoquera-t-il un remaniement ? En attendant, le ministère du logement est aux abonnés absents, depuis le 20 mai dernier. Une décision qui laisse bon nombre d’acteurs dubitatifs, alors que la crise du logement s’aggrave. Le président de l’association Droit au logement (DAL), Jean-Baptiste Eyraud, pointe, amer, les manquements du gouvernement.

    Par Céline Beaury
    Le 17/06/2022