La ministre des Droits des femmes était vendredi dernier dans les locaux du Bondy Blog pour un porte-parolat décentralisé. Lors de ce débat numérique sur la génération de l’égalité entre les  hommes et les femmes, elle a répondu en direct à des questions d’internautes, de twittos et de blogueurs.

La ministre des Droits des femmes prend visiblement pour acquis l’application prochaine de son projet de loi sur l’égalité homme-femme qui sera soumis le 16 septembre au Parlement. Preuve en est l’utilisation systématique du futur et non du conditionnel. En l’absence de maquilleur, notre invitée effectue des ajustements de dernières secondes en arrangeant ses cheveux avec sa main…

Plusieurs internautes sont sensés participer au porte-parolat. Tous sont déjà connectés au moins 20 minutes avant le début du direct. Enfin… presque tous. Divers soucis tels que des absences, retards ou des problèmes de connexion obligeront Faïza Zerouala, l’animatrice de ce débat numérique, à improviser.

Qu’en est-il de l’égalité homme-femme en entreprise ? Une loi existe sur ce sujet depuis 30 ans. Malgré tout, les écarts de salaires sont toujours d’actualité. Mais pour la ministre des Droits des femmes, la situation a déjà changé depuis que la gauche est au pouvoir. Suite aux contrôles effectués, 400 entreprises ont été mises en demeure, et quatre sanctionnées financièrement.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERALa nouvelle réforme des retraites a elle aussi récemment soulevé des accusations d’inégalité entre les générations. Mais actuellement, l’écart entre les hommes et les femmes oscille entre 30 et 40%. D’où le souhait de Najat Vallaud-Belkacem de compenser les différences de carrière entre hommes et femmes. Cela se traduira par un travail sur les congés maternité et les temps partiels, un régime qui concerne 30% des femmes actives.  Mais pour la ministre : « Il ne faut pas attendre la retraite pour corriger les inégalités. Il faut améliorer la mixité des métiers. » Un travail qui commence à l’école, en encourageant par exemple les filles à effectuer des stages de métiers connotés masculins.

N’êtes-vous jamais tombé sur une pub dont le contenu vous a choqué ? A cette question, la ministre souligne le rôle que peut jouer tout citoyen en dénonçant les pubs qui paraissent déplacées au RPP, l’autorité de régulation des publicités. On a tendance à se sentir invulnérable, tranquillement assis derrière son écran d’ordinateur. Ainsi, quelques auteurs de messages polémiques sut Twitter ont vu leur identité fournie par les responsables du réseau social.

En tant que porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem a également eu droit à des questions plus larges. Comme les propos de Ségolène Royal dans le magazine Le point, ou l’islamophobie sévissant sur le net. La ministre en a profité pour  vanter l’exemplarité du gouvernement actuel par rapport au précédent en faisant référence aux épisodes du pain au chocolat,  du débat sur la viande halal et sur l’identité nationale.

Olufemi Ajayi

L’égalité en matière de retraite

[youtube]http://youtu.be/7HG6O7KNJc4[/youtube]

La réforme du congé parental

[youtube]http://youtu.be/DWQyiRyKyyQ[/youtube]

Les agressions de femmes voilées

[youtube]http://youtu.be/JoqZsJ4186c[/youtube]

Les pensions alimentaires impayées

[youtube]http://youtu.be/06FrPY6F1R8[/youtube]

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021