A la mairie du 1er arrondissement de Paris, on se croirait dans un épisode de 24 heures Chrono, tant le suspens est haletant. Nous sommes à la salle des mariages, façon Versailles. De vieilles dames sur des fauteuils, en train de prendre des notes, tout près d’un écran géant où sont affichés les résultats. C’est grâce au monsieur juste à coté. Il rentre les chiffres dans un ordinateur au fur et à mesure qu’ils arrivent.

Il est 21h31, Jean-François Legaret est à 52,80%. Seybah Dagoma (photo), elle, est à 47, 67%. A 21h41, 57,11% pour le candidat UMP, 42,89% pour la candidate PS. « C’est plombé ! » dit un vieil homme, partisan socialiste, à sa femme. « Mais non, ne parle pas de malheur. Tu vois bien qu’il y a encore d’autres bureaux dont nous n’avons pas les résultats ? » La dame a raison. 21h45, d’autres chiffres s’affichent, nous sommes maintenant à 52,04% pour le maire sortant et 47,96% pour son adversaire. Et c’est ainsi que les dernières minutes filent. Gagnera-t-il, perdra-t-elle ?

Tout à coup, un cri qui vient du couloir. Des sifflets, des applaudissements. Une partie de la salle se précipite à l’extérieur. « Qu’est qui se passe ? », s’exclament les petites vieilles. Une foule pénètre dans la salle, on ne s’entend plus. Monstre brouhaha. Une dame saute de son fauteuil : « Nous avons gagné, Martine, nous avons gagné ! »

Eh oui, sur l’écran, en grand, Legaret vainqueur. Les présents hurlent : « On est les champions ! On est les champions… » Dans le couloir, une femme agite un mouchoir, avec son portable à l’oreille, elle annonce la nouvelle en pleurant à son interlocuteur. Quelques instants après, Jean-François Legaret, sourire jusqu’aux molaires, annoncent officiellement son élection.

Dehors, quelques socialistes, visages tristes, attendent l’arrivée imminente de Seybah Dagoma. L’un d’eux crache sa tristesse : « Comment peuvent-ils annoncer les résultats alors qu’il y a encore un bureau dont nous n’avons pas eu les chiffres ? » « Tout simplement, ils les ont eus par téléphone », l’informe une dame. « Nous n’avons qu’à aller dans le 5e arrondissement, là-bas au moins, la gauche à gagner », dit un des partisans de la socialiste (faux ! C’est Jean Tiberi le sortant qui est réélu).

Seybah Dagoma arrive à pied. Tout sourire, elle commence à distribuer des poignées de mains et des embrassades. Un autre cortège, le sien, rejoint la mairie. A côté de la salle des mariages, la candidate battue rencontre le candidat vainqueur. Sans rancune, comme dit l’adage. Ensuite, Seybah Dagoma invite les militants PS à allez fêter la victoire de leur parti à l’Hôtel de Ville. Dans les escaliers, elle répond à nos questions : « Alors, quelles sont vos projets maintenant ? – Eh bien, une dynamique s’est créé. Nous allons nous battre. En plus, pour une première fois, c’est bien. – Vous avez eu une proposition de poste ? – Je ne sais pas. Mais ce qui est sûr, c’est que je serais dans l’opposition. Vous savez, je n’abandonnerai pas. »

Dehors, sous les petites gouttes de pluie, son attachée de presse Anne Thirié, confie : « Ce qui est bien quand on perd, c’est qu’on se fait chouchouter. »

Nicolas Fassouli

Nicolas Fassouli

Articles liés

  • Le plus jeune député de France refuse de serrer la main au RN : qui est Louis Boyard ?

    Il a refusé de serrer la main à un député RN à l'assemblée nationale, il est le plus jeune député métropolitain de l'histoire de la Ve République française, il défend la jeunesse et les combats écologiques... Qui est Louis Boyard, député NUPES de la troisième circonscription du Val-de-Marne ? En s’imposant au second tour des élections législatives face à Laurent Saint-Martin, député sortant LREM, le jeune homme de 21 ans a créé la surprise. Portrait.

    Par Ayoub Simour
    Le 30/06/2022
  • « Strike » réussi pour la NUPES en Seine-Saint-Denis, malgré l’abstention

    En Seine-Saint-Denis, c’est un pari gagné pour la NUPES, qui visait sans détours le strike pour ces élections législatives. 12 circonscriptions sur 12 pour l'alliance de la gauche qui regroupe LFI, PS, EELV et PCF, qui détenait déjà sept circonscriptions, sous les couleurs du PCF et LFI. Le mot d’ordre qui semblait utopique pour certains est donc devenu réalité.

    Par Anissa Rami
    Le 20/06/2022
  • Face à la crise du logement, le gouvernement dans le déni

    Le résultat du second tour des législatives provoquera-t-il un remaniement ? En attendant, le ministère du logement est aux abonnés absents, depuis le 20 mai dernier. Une décision qui laisse bon nombre d’acteurs dubitatifs, alors que la crise du logement s’aggrave. Le président de l’association Droit au logement (DAL), Jean-Baptiste Eyraud, pointe, amer, les manquements du gouvernement.

    Par Céline Beaury
    Le 17/06/2022