Nul doute que le candidat PS était présent en vu de séduire les électeurs asiatiques, notamment avec son discours sur le dragon. Cela n’a pas empêché Thierry, un jeune Asiatique de 26 ans, de bien s’en moquer : « Je l’ai trouvé un peu ridicule quand il a fait genre de s’intéresser à la culture chinoise». Il rajoute sceptique : « Les gens sont plus intéressés par le défilé du dragon que par celui des politiciens ». Claude  Guéant aura droit au même accueil : « Je ne savais même pas qu’il était là» conclu Thierry.

Audrey, qui est d’origine cambodgienne, est ravie de leurs visites : « Même s’ils sont venus pour se faire un électorat, je suis quand même contente que le PS et l’UMP, qui sont les plus gros partis de France, prennent en compte le potentiel de la communauté asiatique. Je trouve çà valorisant ».  Elle tenait aussi à dire que la communauté n’est pas  « uniforme ». Il n’y a pas que des Chinois !

Quant à Claude Guéant, sa visite ne laisse pas indifférent Hu Jin, un étudiant d’origine chinoise, qui se souvient de la venue  de ce dernier dans le quartier de Belleville (20ème arrondissement), suite aux agressions aux faciès répétées ciblant les asiatiques : « La dernière fois que Claude Guéant est  venu à Belleville, il avait promis la sécurité. Depuis, plus rien. Il y a toujours des agressions là-bas, sauf qu’on en parle plus. Il revient vers les Chinois en les flattant. Je trouve çà un peu osé de sa part ». Pour lui, « si aucun candidat n’est capable d’éradiquer la violence, alors inutile de venir ». Quand je l’interroge sur le discours de François Hollande qui souhaite (s’il est élu) un « équilibrage » dans les relations sino-françaises, Hu Jin me rétorque : « Je ne pense pas qu’il possède des épaules assez larges pour faire face à un pays comme la Chine».

Les discours vantaient  la « réussite et la sagesse » ou encore « l’intégration » de la communauté asiatique. Cette dernière ne s’est pour autant pas laissée séduire par ces beaux mots. Comme beaucoup de  citoyens , ils attendent seulement des actes. Le candidat importe peu.

Malgré tout, la présence de François Hollande a quand même eu son petit effet. Justine et Molène, deux cousines d’origine cambodgienne, ont bien apprécié d’avoir pu photographier et observer le candidat à la présidentielle : « C’était quand même impressionnant de le voir ici au milieu des Asiatiques ! Moi j’ai bien aimé».

Prosith Kong

Articles liés

  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021
  • Dégoutée, la jeunesse communiste lâche-t-elle Fabien Roussel ?

    Une partie des jeunes militant·e·s du PCF, des JC (Jeunes Communistes) et de l’UEC (Union des Etudiant·e·s Communistes) se sentent trahi·e·s par les dernières sorties médiatiques du candidat du parti Fabien Roussel. Des ruptures déjà ancrées sur des enjeux de société semblent aussi se consolider, dans un choc de génération. Témoignages.

    Par Anissa Rami
    Le 15/09/2021