Parler politique avec Zoubida Belkebir, c’est l’assurance de la voir s’aventurer très loin. On la questionne sur François Hollande, une idée en entraine une autre et la voilà qui critique le RSA. « Pourquoi je vous disais ça ? » Elle même ne sait plus.

Une chose est sûre pourtant. La politique, elle aime ça. Pas la « politique politicienne », friande de petites phrases et qu’elle a en horreur. Mais la « vraie politique » comme elle aime à l’appeler, soit « un exercice noble qui privilégie le terrain ».

Jusqu’il y a 5 mois, elle était algérienne. En novembre donc, elle a fait sa demande de réintégration de la nationalité française avec une seul idée en tête : pouvoir se rendre au urnes en avril prochain, parce qu’« on ne peut pas critiquer sans aller voter ». C’est comme cela qu’elle conçoit le vote. Et c’en est presque naturel au vu de son parcours.

Elle voit le jour au Blanc Mesnil (93) de parents algériens. En 1961 – un an avant que l’Algérie n’accède à l’indépendance. Zoubida naît donc avec la nationalité française. Qu’elle perd presqu’aussitôt. Longtemps, cela « ne (la) gêne pas, tant professionnellement que dans la vie privée ».

Elle obtient un BEP, enchaine les formations. 17 ans et la voilà sur le marché du travail. Elle entre au SAV de Garonor. Y reste 7 ans et demi. Assez pour devenir responsable de son secteur. Par la suite, elle expérimente divers domaines. Des transports à la grande distribution. Non sans manquer de constater les discriminations dont sont victimes les femmes et qu’elle va retrouver à l’Agence Pour l’Emploi des Cadres (APEC) alors qu’elle cherche à se faire financer une formation. Dès lors, Zoubida devient une véritable militante.

2003. Licenciée économique, elle décide de fonder une association : Atout Majeur. Elle a alors compris qu‘une association peut avoir une dimension politique, ne sert pas uniquement «  à jouer au bridge » et souhaite se faire l’écho de femmes en grande précarité. Engagée, elle se voit démarchée par un parti – dont elle préfère taire le nom –à l’occasion des cantonales de 2011.

Pour son premier vote le 22 avril, elle a déjà son idée. Elle donnera sa voix à François Hollande, le « seul qui se soit vraiment engagé à faire la parité ». Mais on ne peut pas résumer Zoubida à sa défense des femmes. Foncièrement de gauche, elle n’hésite pas à piocher des idées à droite. Comme chez Dominique de Villepin, quand celui ci propose de rendre le vote obligatoire.

Zoubida Belkebir va donc voter pour la première fois. Mais elle a déjà transmis son intérêt pour la politique : son fils, 12 ans, veut devenir président de la République.

Hugo Nazarenko

Articles liés

  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021
  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021