[#PRÉSIDENTIELLE2017] En ce dimanche de second tour de l’élection présidentielle, c’est jour de marché pour les Sarcellois du quartier des Lochères. Les deux finalistes, Emmanuel Macron et Marine Le Pen, ont du mal à être persuasifs aux yeux des électeurs qui pour beaucoup ont décidé de ne pas voter. Reportage.

Matinée grise et pluvieuse, au marché des Lochères, sur l’avenue Frédéric Joliot-Curie de Sarcelles (Val-d’Oise). Bien difficile de recueillir les témoignages : entre les commerçants qui s’affairent à déballer leurs marchandises déclarant être très occupés ; les coureurs du dimanche qui foulent leurs pas pressés.

Ici au premier tour, l’abstention a été bien supérieure à la moyenne : 31,2 % contre 22,23 % à l’échelle nationale. C’est Jean-Luc Mélenchon qui est arrivé en tête ici : près de 30% des voix. Double défi ici : faire en sorte que les abstentionnistes et les électeurs mélenchonnistes se déplacent pour voter.

Voter utile

Dans cette commune historiquement dirigée par le Parti socialiste,  l’idée de soutenir Macron divise commerçants et marcheurs. Jeanne Alphonse, habitante de Villiers-le-Bel, commune voisine de Sarcelles, a voté ce matin pour Macron, saluant la partie du programme consacrée au social. L’aide-soignante de 65 ans, qui se dit « gauchiste« , estime que Macron est « de gauche » et que pour cela, il faut le soutenir. « On sait très bien que si Le Pen passe, la France est foutue ! » craint-elle.

Pierre Oyele partage sensiblement ce point de vue. Âgé de 63 ans, ce médiateur santé à la mairie de Sarcelles, avoue avoir « voté utile » pour Macron. « Je suis socialiste mais je pense que c’est le mieux placé », précise-t-il, ayant apprécié la venue de Macron à Sarcelles, le 27 avril dernier. Son souhait : que le candidat d’En Marche ! applique bel et bien son programme et que les citoyens l’élisent de nouveau dans cinq ans. Notamment les jeunes que Pierre juge « un peu paumés« . « C’est pour ça que, parfois, il se réfugient derrière le vote Jean-Luc Mélenchon alors qu’ils savent qu’il ne peut rien faire pour eux » analyse-t-il, un brin irrité par le vote en faveur du candidat de la France insoumise au premier tour, arrivé pourtant en tête à Sarcelles. Parmi ses électeurs, Mélanie Thomas, 30 ans. Pour elle, pas de doute : elle votera Macron pour empêcher la candidate de l’extrême droite. « Il ne faut pas que Le Pen passe » assène-t-elle.

« Macron à Sarcelles, c’était du spectacle ! »

Voilà que Pierre Oyele s’écharpe avec un commerçant qui considère que Jean-Luc Mélenchon parlait « ai » et voulait « donner à manger au peuple ». « Il mange avec l’argent du peuple » oui, répond Pierre, allusion faite à son mandat de député européen. Un autre commerçant, Hammadi Garbouz, 42 ans, lance « On ne veut pas de macronistes ici ! » Cet électeur de ce qu’il appelle la « gauche revancharde » est remonté à l’égard d’Emmanuel Macron et de sa visite à Sarcelles. « C’est du spectacle ! Ne vous attendez pas à le revoir ici une fois élu ». Pierre en veut à son camp. « Il n’y aura plus de gauche, quoi qu’il en soit« , affirme-t-il, fataliste.

Hammadi Garbouz est soit tenté par le vote blanc, soit par l’abstention. Mais il n’est pas le seul. Joy , la poissonnière du marché, aussi. Et c’est le débat du 3 mai entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen l’a renforcée dans son envie de ne pas aller voter. « C’était ennuyeux, inintéressant. Pour moi, ni l’un, ni l’autre ne vaut le coup. C’est la même chose. C’est mieux de voter blanc ou de s’abstenir car dans les deux cas, on sera dans la merde !  » clame-t-elle.

Jonathan BAUDOIN

Articles liés

  • Le problème Roussel des élus des quartiers populaires

    Dans l’ancienne banlieue rouge, les élus locaux du PCF sont légion à serrer les dents face aux sorties réactionnaires de leur secrétaire national. L’omniprésence médiatique de Fabien Roussel et son éloignement manifeste des fondamentaux du parti commencent à être ouvertement critiqués. (Un article d'abord publié chez Mediapart, dans le cadre de notre partenariat).

    Par Héléna Berkaoui, Olorin Maquindus
    Le 04/10/2022
  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022