Ségolène Royal est venue les mains vides au parlement des banlieues de Villeurbanne. C’est un manque de savoir vivre certain compte tenu de l’accueil que ses hôtes de l’association Agir Pour la Citoyenneté lui avaient réservés pour la neuvième édition de cette agora des quartiers populaires.Une salle toute acquise. Plus de 2000 personnes dans cette région symbole, berceau de « la marche des beurs ». De quoi faire carton plein. En novembre dernier, la candidate socialiste s’était engagée, lors du pacte de Bondy, à revenir après une phase d’écoute pour faire des propositions concrètes.

Karim Zéribi, président du parlement des banlieues avait chauffée la salle à blanc dans un discours survolté, signifiant à la candidate qu’il avait le cœur à gauche et qu’il comptait sur son camp pour enfin porter un vrai projet politique en direction des quartiers populaires. Il a conclu son intervention en lançant à Ségolène Royal « j’ai un mot à transmettre, ne nous décevez pas ! ». Avec une telle entrée en matière et une salle debout pour accueillir la candidate, on s’attendait à ce qu’elle sorte quelques propositions fortes, à ce qu’elle se distingue de ses adversaires mais il faut se rendre à l’évidence, Ségolène Royal a déçu. Visiblement fatiguée, elle est partie dans un long discours passe partout avec lequel elle a eu du mal à convaincre son auditoire.

Nicolas Sarkozy interdit de séjour dans certains quartiers donnerait sa chemise pour une salle comme celle là. Plus de 2000 personnes en plein milieu d’un quartier populaire, il doit en rêver la nuit. A moins d’un mois de la présidentielle, Ségolène Royal a eu cette opportunité mais elle n’en a rien fait. Visiblement, Le parti socialiste n’a toujours pas compris qu’il ne suffisait plus de se baisser pour ramasser les voix des banlieues. Il n’a pas saisi que les habitants des quartiers populaires attendaient un peu plus que de la compassion et des bons sentiments, mais voulaient du concret.

En novembre dernier, Idir, un de nos Blogueurs avait interpellé Ségolène Royal pour lui demander pourquoi le PS était tellement en retard sur les questions de la diversité et pourquoi c’était l’UMP qui avait nommé des ministres issus de l’immigration. La candidate ne lui avait pas répondu. La politique se fait aussi avec des symboles et il faut croire que la gauche peine à le comprendre.

Mohamed Hamidi
 

Mohamed Hamidi

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021