En moins de deux semaines, les professeurs d’école en sont déjà à leur deuxième débrayage. Qu’est-ce qui révolte et mobilise les garants de l’éducation ? Discussion dans une salle des maîtres, le temps d’une récréation. 

Canapé et fauteuil se font face sous l’œil d’affiche militante. Des feuilles volantes tiennent compagnie à une tasse de café encore brûlante. Deux maîtresses d’école font leur entrée, après de sobres salutations. Il y a Corinne la spontanée, et Sandrine, plus réservée.

Où en est la réforme, de Vincent Peillon aujourd’hui ?

Corinne : On n’en sait rien où ça en est ! On sait simplement qu’il y a un décret qui est passé comme quoi nous allons travailler 4 jours et demi . Les enseignants et les parents d’élèves n’ont pas été concertés, nous on lutte pour que cela ne passe absolument pas.

Pourquoi manifestez-vous ?

Sandrine : La semaine dernière, c’était pour manifester pour nos salaires et également pour les retraites. Hier, c’était davantage pour manifester contre la réforme des rythmes scolaires.

Pensez-vous qu’il y a des possibilités pour que la réforme ne concerne que certaines écoles ?

Corinne: Il y a 4 ans, il nous enlevait le samedi matin mais il y avait pas mal de communes qui ne travaillaient déjà plus depuis un certain moment le samedi. Alors oui, il peut y avoir deux vitesses.

Qu’est-ce qui vous gêne dans cette réforme ?

Sandrine : Ce n’est pas en faisant 4 jours et demi qu’ils vont nous faire croire que c’est pour alléger les journées des enfants.

Corinne : Rien ne prouve que le fait de faire 4 jours et demi va rendre le rythme scolaire plus agréable pour les enfants. Pour moi, cette réforme n’a qu’un but : faire des économies.

Propos recueillis par Lansala Delcielo

Articles liés

  • Le problème Roussel des élus des quartiers populaires

    Dans l’ancienne banlieue rouge, les élus locaux du PCF sont légion à serrer les dents face aux sorties réactionnaires de leur secrétaire national. L’omniprésence médiatique de Fabien Roussel et son éloignement manifeste des fondamentaux du parti commencent à être ouvertement critiqués.

    Par Héléna Berkaoui, Olorin Maquindus
    Le 04/10/2022
  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022