Philippe Pascot se considère comme un éveilleur de conscience. Cet ancien collaborateur de Manuel Valls à Évry s’est spécialisé dans la dénonciation des crapuleries politiques (Délits d’élus, Pilleurs d’État). La suite de Pilleurs d’Etat intitulée Allez presque tous vous faire foutre est sorti le 23 février avec sa nouvelle dose de noms et d’affaires. Interview.

Bondy Blog : Quel regard portez-vous sur les primaire qui se sont déroulées à la fois chez Les Républicains et chez les socialistes ?

Philippe Pascot : C’est de l’illusion de démocratie ! Cela sert à étouffer les contre-pouvoirs et conforte la sclérose du monde politique. Est-ce vraiment des élections de conviction quand on sait que 5% de l’ensemble du corps électoral français a voté pour la primaire du Parti socialiste et que 9% des électeurs se sont déplacés pour celle des Républicains ? Et puis, il faut voir aussi le profil des candidats. Benoît Hamon et Manuel Valls sont des produits périmés de la politique. Après, si j’avais dû choisir, j’aurais eu une nette préférence pour Hamon car au moins il apporte une certaine naïveté.

Bondy Blog : Comment se passe ce basculement d’impunité selon vous ?

Philippe Pascot : La soupe est tellement bonne et les possibilités de contourner tellement grandes que beaucoup tombent dedans. Ces gens pensent être propriétaires de leurs mandats alors qu’ils ne sont que locataires. Leurs entourages sont très médiocres et nocifs car ils empêchent de voir le vrai peuple. Quand Manuel Valls était ministre, s’il allait en déplacement dans une école, elle était repeinte juste avant sa visite. Regardons le quinquennat actuel, la gauche a totalement oublié ce qu’elle était. Ils se sont enfermés dans leur tour d’ivoire entre ceux qui se font cirer leurs chaussures à l’Élysée -Aquilino Morelle-, ceux qui détournent des millions d’euros -Jérôme Cahuzac- ou encore ceux qui ne respectent pas la démocratie avec un ancien premier ministre qui utilise six fois le 49.3. Ils ont fait pire que les gens de droite.

Bondy Blog : Quels sont les élus les plus magouilleurs ?

Philippe Pascot : Ce n’est pas une question de couleur politique, de département, de quartier, mais de système. Un élu de la République représente la communauté et pas une classe sociale. Le système aide les élites car ils écrivent eux-mêmes les lois. Quasiment tous les partis ont des élus qui ont magouillé.

Bondy Blog : Vos livres ont été vendus à plus de 120 000 exemplaires. Comment expliquez-vous ce succès ?

Philippe Pascot : J’écris du vrai et du factuel et non du frelaté. La plupart des hommes politiques n’arrivent pas à écouler leurs livres, ils sont illisibles car ils souhaitent se faire passer pour des intellectuels. Mon style est très simple et je n’écris pas pour des élites. Pourquoi le Bondy Blog marche ? Vous avez répondu à l’attente du vrai peuple et vous produisez des articles qui correspondent à la réalité du terrain. C’est ce que je tente de faire aussi, écrire pour tous et surtout, je n’ai rien inventé. Sur les 1 200 élus cités dans mes trois livres, seule une personne m’a fait un procès car je n’avais pas assez vérifié les faits et j’ai écrit des erreurs. J’assume totalement.

Bondy Blog : Justement, comment travaillez-vous ?

Philippe Pascot : Ma méthode de travail est de tout vérifier deux ou trois fois. 90% de mon investigation se fait en milieu ouvert. J’ai très peu de sources. Ce sont des informations publiques dans la presse, les tribunaux, les blogs, les délibérations des conseils municipaux, des textes de loi, les assurances, les caisses de retraite. Tout ce que je trouve, tout le monde peut le faire. Il suffit de bien chercher. Il faut bien comprendre que j’ai été à l’intérieur de la municipalité d’Evry avec Manuel Valls pendant plusieurs années. Avec cette qualité d’ancien élu, je sais comment cela fonctionne à l’intérieur et comment pensent les politiques. J’ai beaucoup observé ensuite, c’est une question de méthode. Après c’est beaucoup de temps et d’énergie, c’est un travail de fourmi car il faut tout vérifier et revérifier.

Bondy Blog : 1 200 élus cités, vous avez une revanche à prendre contre les politiques ?

Philippe Pascot : Pas du tout ! Si je l’avais souhaité, j’aurais continuer la politique, mais être malhonnête est contre mes principes. La politique, ce n’est pas un métier. J’ai passé ma vie à mettre en avant les jeunes et les initiatives citoyennes. Avant de me lancer à la mairie d’Évry, je me suis occupé d’une maison de quartier à Bondoufle pendant dix ans. De 2003 à 2009, je suis parti au Congo développer le seul orchestre symphonique du pays dans la banlieue pauvre de Kinshasa. Je lutte actuellement à fond contre les gaz de schiste, je ne m’ennuie pas. Je n’ai jamais souhaité utiliser ma position pour faire du profit ou me valoriser. Je ne suis ni un gourou ni un assistant social. Mon objectif avec mes livres est que les électeurs cessent d’être des spectateurs. Pourquoi je souhaite qu’un élu ait un casier judiciaire vierge pour se présenter ? Ce n’est pas une question de revanche mais de bon sens.

Bondy Blog : Quel lien entretenez-vous avec les médias ?

Philippe Pascot : Les grands médias traditionnels ont du mal à me saisir. Je tape sur tout le monde sans distinction. En plus, je porte un chapeau et une écharpe, cela ne fait pas très respectable. Ils ont peur de m’inviter et ils ne savent pas quoi me dire, car tout ce que je dis est réel. Les médias s’autocensurent à cause de leur patron, difficile d’enquêter sur Bouygues et Bolloré quand on travaille pour eux. Mediapart et le Canard Enchaîné sont les seuls à pouvoir être vraiment libres dans l’investigation.

Bondy Blog : De quoi parle votre dernier livre, Allez presque tous vous faire foutre ?

Philippe Pascot : J’ai mis le « presque » car c’est important d’avoir de l’espoir et heureusement tous ne sont pas corrompus. À la fin du livre, il y a un bulletin de vote blanc dans le livre pour encourager les gens à ne pas voter. Pour moi, les élections ne veulent plus rien dire. Je ne voterai plus contre quelqu’un et j’en ai assez d’être manipulé. L’abstention arrange les élus, je préfère mettre un bulletin nul, c’est mon moyen de résister. Dans cet ouvrage, j’explique et je prouve que 30% des 900 parlementaires (députés et sénateurs) ont eu affaire au fisc ou à la justice (mise en examen, fraude fiscale, susceptibilité de truandage). J’ai aussi découvert que certains ont eu leurs mandats avec seulement 11 voix, d’autres qui ont bénéficié de doubles votes, des élections pas invalidées pour cause de tricherie. Il y a des gens qui ont été élus avec 5% des voix ou qui sont exonérés d’impôts. Enfin, 200 parlementaires que j’ai référencés ont acheté une maison personnelle avec l’IRSM (Indemnité de Représentation et de Frais de Mandat). Normalement, c’est de l’abus de bien social.

Bondy Blog : Des conseils pour ceux qui souhaiteraient faire de l’investigation ?

Philippe Pascot : Il suffit d’ouvrir son internet et fouiller ! Prenez le temps de faire ce travail. Regardez ce que votre maire achète, regardez la déclaration d’intérêt de vos élus et vous allez trouver beaucoup de choses. Il faut ensuite se mobiliser sur les réseaux sociaux ou prévenir certains médias. Je fais ça pour éveiller les consciences. Nous sommes le nombre, redevenons des acteurs de notre citoyenneté, les élus sont nos employés et pas le contraire.

Propos recueillis par Lloyd CHERY

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021