Muni de post-it et d’un stylo, c’est dans la foule des rencontres d’Autrans que je me suis lancé pour réaliser un petit sondage. Objectif : prendre 100 personnes au hasard, leurs demander trois choses : leurs âges, leurs professions, et enfin… pour qui ils souhaiteraient voter aux prochaines élections présidentielles !

Sur les 100 personnes interrogées, les professions tournaient bien évidemment autour de l’Internet, des médias et du multimédia. Développeur informatique, technicien du son ou de l’image, intégrateur multimédia, ingénieurs, consultants, journalistes, directeurs de publication, chargés de communication, cadres, chercheurs, photographes, caméramans, professeurs, instituteurs et plus de quinze étudiants. Je tombe également sur un avocat, un élu, un psychologue, un diplomate, un sociologue, un économètre et quelques retraités, et pour élargir le panel, j’ai ajouté le chauffeur de bus, et le restaurateur. L’âge va de 18 à 75 ans pour une moyenne d’age de 37 ans.

Les résultats :

41 % à gauche : 

Ségolène Royale est la grande gagnante de ce sondage avec 29% des suffrages, à cela, il faudrait certainement rajouter les 3% personnes qui aurait préféré Dominique Strauss Khan qui n’est pas candidat. Dominque Voynet elle, obtient 5%, Olivier Besancenot 3%, et Marie Georges Buffet 1%. 

De l’autre coté 14 % :

Sarkozy recueille 11%, très loin derrière Ségolène, mais j’ai bien ressenti chez certains un peu de gêne, et c’est seulement en leurs poussant un peu qu’ils ont osé me dire Sarkozy. François Bayrou obtient 2%. Une personne m’a fait une remarque intéressante : « Les Français adorent dire NON, ça a toujours fonctionner comme ça, l’opinion publique sera toujours en désaccord avec le haut. Il est mal vu de voter à droite car le gouvernement est de droite. Et lorsque le gouvernement était de gauche, il était mal vu d’être de gauche. C’est le coté contestataire du Français. » A bulletins secrets, ce sondage aurait été complètement différent. Il y aurait certainement eu plus de Sarkozy, et on remarquera également qu’il n’y a eu aucun qui a dit Le Pen.

Ni d’un coté ni de l’autre 41 % :

Dans cette dernière catégorie, on retrouve avec 24 % des voix les personnes qui ne savent pas du tout pour qui voter. En général parce que personne ne leur plaît, ou alors ils hésitent entre Ségo et Sarko, ou alors ils attendent de recevoir chez eux les programmes des candidats. Bon nombre de personnes trancheront donc juste à l’aide de sces feuilles qui arriveront dans notre boite aux lettres. Malgré les avoir poussé à bout, ils m’ont assuré et garanti qu’ils ne savaient vraiment pas à ce jour pour qui voter, qu’ils voteraient quoiqu’il arrive, et qu’ils ne voteraient pas blanc.

8 % iront voter blanc, aucun candidat ne leur plaît, 9 % s’abstiennent, ils ne comptent pas aller voter, certains aimeraient voter blanc, mais autant s’abstenir puisse que voter blanc, c’est finalement s’abstenir dans notre démocratie, pour d’autres les candidats ne donnent pas envie d’aller s’inscrire sur les listes électorales. Parmi les abstentions, une personne proposait de voter Coluche car justement il est mort, et que ça représenterait bien la France…

Il y a les cas Nicolas Hulot à 2%.

Et pour finir 2 personnes m’ont demandé de les laisser tranquille. 

100 personnes : Pour qui souhaiteriez vous voter pour les prochaines élections présidentielles ?

 

Ségolène Royal  29

 

Ne sais pas encore   24

Nicolas Sarkozy   11

Ne veut pas voter   9

Blanc    8

Dominique Voynet  5

DSK  3

Besancenot  3

Nicolas Hulot  2

Bayrou  2

Refus 2

Marie Georges Buffet   1

Michelle Alliot Marie  1

Chou Sin

Chou Sin

Articles liés

  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021
  • Dégoutée, la jeunesse communiste lâche-t-elle Fabien Roussel ?

    Une partie des jeunes militant·e·s du PCF, des JC (Jeunes Communistes) et de l’UEC (Union des Etudiant·e·s Communistes) se sentent trahi·e·s par les dernières sorties médiatiques du candidat du parti Fabien Roussel. Des ruptures déjà ancrées sur des enjeux de société semblent aussi se consolider, dans un choc de génération. Témoignages.

    Par Anissa Rami
    Le 15/09/2021