Ils se sont donné rendez-vous samedi après-midi devant la cité de l’histoire de l’immigration, porte Dorée à Paris. Le cortège constitué de quelques centaines de personnes a pris ensuite la direction de Vincennes. Depuis dix jours, des bribes d’information font état d’une situation de plus en plus tendue dans les deux centres de rétention de Vincennes et du Mesnil-Amelot, site installé pas loin de l’aéroport de Roissy. 

Lamine marche derrière la banderole du IXe collectif des sans-papiers : « Il se passe des choses pas très catholiques dans ces deux établissements, en plus de la rétention administrative, le gouvernement pratique la rétention d’information. » Dans les conversations, les marcheurs évoquent la situation de Benjamin Badikadila, une des figures les plus en vue ces dernières semaines. Ce dernier aurait été expulsé, manu militari, le matin même vers Kinshasa, pour mettre fin à toute cette agitation.

Le mouvement de grogne est né il y a une quinzaine de jours avec une action inédite jusqu’ici : la rédaction d’un cahier de doléances rédigé par des sans-papiers et envoyé aux autorités consulaires de leurs pays d’origine et non pas aux autorités françaises. Les sans-papiers faisaient état de leur manque de confiance dans l’administration française. « Il n’y a eu aucune réponse et aucune suite à cette initiative, qui pour moi est une connerie monumentale, un paradoxe », me glisse un membre du collectif des sans-papiers. « Demander de l’aide à un gouvernement que l’on fuit, c’est impensable. » Le mouvement s’est alors transformé avec le début d’une grève de la faim collective. Personne dans le cortège ne peut donner plus d’information sur cette tentative, même si la préfecture évoque « des refus de s’alimenter ponctuels » dans l’un des deux centres.

La Cimade, historiquement impliquée sur ce dossier et habilitée à jeter un œil de temps à autre à l’intérieur de ces CRA, déplore la dégradation des relations et des traitements infligés aux sans-papiers. L’association note, tout de même, une certaine amélioration des conditions matérielles. Mais pour beaucoup de marcheurs, les causes de cette dégradation sont à chercher du côté des orientations politiques et des objectifs chiffrés imposés par le président Sarkozy à son ministre de l’immigration, Brice Hortefeux. « Si l’élève Brice n’atteint pas les 25 000 expulsions, il aura une très mauvaise évaluation et le maître Nicolas lui demandera de partir », ironise Ali, de l’association des maghrébins de France. Un comble pour le ministre de « l’éloignement ».

Reportage audio. 4’45 marche_1.mp3

Nordine Nabili

Nordine Nabili

Articles liés

  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021
  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021