Après la journée de rencontres avec les jeunes des quartiers populaires pendant lesquelles Kamel a réussi à obtenir le numéro de téléphone perso de Sarko (voir l’article et la vidéo) il s’est fait rappeler par la conseillère technique du ministre-candidat, Rachida Dati, qui l’a invité à venir la voir au ministère. Kamel arrive avec une demi-heure d’avance. Il a peu dormi.

« J’ai entendu trop de choses. Depuis qu’il y a eu la vidéo sur le blog, il y a des gens dans la cité qui me traitent de traître. Mais les mêmes, si je les écoute, je serais avec 150 CV avec moi pour les montrer à Sarko. Le problème c’est qu’entre-nous on ne s’encourage pas à s’en sortir. Moi je veux m’en sortir. Si Sarkozy m’écoute et me donne un coup de main, je vais pas dire non. C’est quoi la fierté quand tu as les huissiers tous les mois chez toi ? »

Miromesnil, quartier chic : « Téma, le scooter 4 roues il était la semaine dernière dans Turbo et ils l’ont déjà ici. Eh M’sieur votre Porsche, c’est le dernier modèle ? ». « Non » répond l’autre visiblement gêné. Il ment. Devant le ministère, un des gardiens donne des tuyaux pour trouver un rade où le café est à moins de 4 €. L’un d’entre eux sympathise avec Kamel. Il raconte qu’il a failli habiter Bondy mais qu’il a opté pour Romainville au final. « Tu vas voir tu vas le regretter. Je peux te tutoyer au fait ? ( Bien sûr !) T’as vu, chez nous tu tutoies un keuf tu peux te faire embarquer, ici on est des potes ».

Arrive l’heure du rendez-vous. On est en famille. Le petit frère et la grande sœur se parlent comme à des retrouvailles. Les problèmes sont bien connus. On évoque les aller-retours des parents entre les deux pays, sans se sentir bien ni ici ni là-bas. L’univers de la galère vu à travers un poste de magistrat pendant deux ans à Bobigny. A la fin de l’entrevue Kamel est invité pour déjeuner deux jours plus tard avec le ministre qui reçoit les jeunes organisateurs des tables rondes avec la synthèse des propositions qui en sont sorties.

 

Kamel El Houari / Samy Khaldi

Samy Khaldi

Articles liés

  • Burkini, la saison de trop d’une série bien française

    Alors que le conseil municipal de la ville de Grenoble a autorisé en début de semaine les femmes qui portent le voile à nager avec un maillot couvrant, la classe politique s'est déchirée devant la décision. Aux avant-postes, l'État et le Ministère de l'Intérieur qui compte une nouvelle fois empêcher les femmes musulmanes d'accéder à un service public. Nouvelle saison, d'une série tristement française. Édito.

    Par Félix Mubenga
    Le 20/05/2022
  • En Seine-Saint-Denis, la NUPES « vise le strike »

    Le 17 mai, les 12 candidat·e·s de Seine-Saint-Denis de la NUPES ont déposé collectivement leurs candidatures à la préfecture de Bobigny. L'occasion d'affirmer la détermination de la gauche unie de gagner dans toutes les circonscriptions du 93. Mais l'élan Mélenchon retrouve-t-il sa légitimité sur le terrain ? Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 19/05/2022
  • À Aubervilliers, la NUPES se rassemble « pour l’histoire »

    La NUPES - Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale - s'est lancée officiellement à Aubervilliers. Après des jours de négociations médiatisées, les partis de gauche se sont réunis samedi 7 mai en Seine-Saint-Denis pour lancer officiellement la campagne des législatives avec lesquelles ils et elles espèrent transformer l'essai de Mélenchon à la présidentielle. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 08/05/2022