« No comment ». Voilà certainement la phrase la plus entendue aujourd’hui sur la venue de Nicolas Sarkozy à Marseille. Sans commentaires ? « C’est un c****** », « je ne peux pas le blairer », « je m’en tape le coquillard de sa venue», « je n’ai aucune sensibilité pour ses idées ». Autant dire que Nicolas Sarkozy n’a pas la cote à Marseille en ce moment.

« Massilia » serait donc une ville de gauche ? Pourtant, le président sortant a recueilli 55,7% des votes dans la cité phocéenne au deuxième tour en 2007. Et puis, la mairie est entre les mains de Jean-Claude Gaudin,  le président du groupe UMP au Sénat. Bizarre, bizarre.

Si nombre d’avis sont tranchés, les Marseillais, habituellement si diserts lorsqu’il s’agit de parler politique, ne souhaitent généralement pas s’exprimer au sujet de Nicolas Sarkozy. « Cela relève des opinions trop personnelles mademoiselle ». Il semblerait que voter UMP soit devenu tabou dans la ville aux mille visages. Il fait bon dire que l’on vote à gauche mais à droite c’est moins tendance. On n’assume guère ses convictions même si elles affleurent au détour de quelques phrases : « le service militaire, la rigueur, il y a que ça de vrai ! »

Zora, au chômage, c’est sûr,  n’ira pas au meeting du candidat UMP : « Il n’y a que de la misère depuis qu’il est là. Le bakchich, il n’y a que ca qui compte pour lui ». Chantale, jeune retraitée de sensibilité de gauche, a été déçue par la politique menée ces cinq dernières années, « il a laissé entrevoir de grandes espérances pour les gens et finalement… » Pauline assistante sociale se sent trahie par une politique globalement « anti sociale » : « S’il repasse je change de métier. Aujourd’hui, on fait tampon entre sa politique et la colère des gens. On n’exerce pas notre métier, on soutient indirectement ses mesures et ce système. »

Une salle au Parc Chanot qui peut accueillir 7 000 personnes a été réservée pour la venue du président de la République ce weekend. Des bus pour les militants ont été affrétés. Si les Marseillais ne sont pas sûrs de leur choix pour le premier tour du 22 avril, tous sont d’accord sur une chose. Ils affirment  qu’il y aura très certainement beaucoup de monde dimanche au meeting de « soutien » à Nicolas Sarkozy. Mais qui ?

Charlotte Cosset

Articles liés

  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022
  • Le plus jeune député de France refuse de serrer la main au RN : qui est Louis Boyard ?

    Il a refusé de serrer la main à un député RN à l'assemblée nationale, il est le plus jeune député métropolitain de l'histoire de la Ve République française, il défend la jeunesse et les combats écologiques... Qui est Louis Boyard, député NUPES de la troisième circonscription du Val-de-Marne ? En s’imposant au second tour des élections législatives face à Laurent Saint-Martin, député sortant LREM, le jeune homme de 21 ans a créé la surprise. Portrait.

    Par Ayoub Simour
    Le 30/06/2022