« No comment ». Voilà certainement la phrase la plus entendue aujourd’hui sur la venue de Nicolas Sarkozy à Marseille. Sans commentaires ? « C’est un c****** », « je ne peux pas le blairer », « je m’en tape le coquillard de sa venue», « je n’ai aucune sensibilité pour ses idées ». Autant dire que Nicolas Sarkozy n’a pas la cote à Marseille en ce moment.

« Massilia » serait donc une ville de gauche ? Pourtant, le président sortant a recueilli 55,7% des votes dans la cité phocéenne au deuxième tour en 2007. Et puis, la mairie est entre les mains de Jean-Claude Gaudin,  le président du groupe UMP au Sénat. Bizarre, bizarre.

Si nombre d’avis sont tranchés, les Marseillais, habituellement si diserts lorsqu’il s’agit de parler politique, ne souhaitent généralement pas s’exprimer au sujet de Nicolas Sarkozy. « Cela relève des opinions trop personnelles mademoiselle ». Il semblerait que voter UMP soit devenu tabou dans la ville aux mille visages. Il fait bon dire que l’on vote à gauche mais à droite c’est moins tendance. On n’assume guère ses convictions même si elles affleurent au détour de quelques phrases : « le service militaire, la rigueur, il y a que ça de vrai ! »

Zora, au chômage, c’est sûr,  n’ira pas au meeting du candidat UMP : « Il n’y a que de la misère depuis qu’il est là. Le bakchich, il n’y a que ca qui compte pour lui ». Chantale, jeune retraitée de sensibilité de gauche, a été déçue par la politique menée ces cinq dernières années, « il a laissé entrevoir de grandes espérances pour les gens et finalement… » Pauline assistante sociale se sent trahie par une politique globalement « anti sociale » : « S’il repasse je change de métier. Aujourd’hui, on fait tampon entre sa politique et la colère des gens. On n’exerce pas notre métier, on soutient indirectement ses mesures et ce système. »

Une salle au Parc Chanot qui peut accueillir 7 000 personnes a été réservée pour la venue du président de la République ce weekend. Des bus pour les militants ont été affrétés. Si les Marseillais ne sont pas sûrs de leur choix pour le premier tour du 22 avril, tous sont d’accord sur une chose. Ils affirment  qu’il y aura très certainement beaucoup de monde dimanche au meeting de « soutien » à Nicolas Sarkozy. Mais qui ?

Charlotte Cosset

Articles liés

  • À Aubervilliers, la NUPES se rassemble « pour l’histoire »

    La NUPES - Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale - s'est lancée officiellement à Aubervilliers. Après des jours de négociations médiatisées, les partis de gauche se sont réunis samedi 7 mai en Seine-Saint-Denis pour lancer officiellement la campagne des législatives avec lesquelles ils et elles espèrent transformer l'essai de Mélenchon à la présidentielle. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 08/05/2022
  • Législatives vues des quartiers : l’union et maintenant quoi ?

    Alors que La France Insoumise mène les négociations pour finir l'union de la gauche avec le Parti Socialiste, après les communistes et les écologistes, dans les quartiers le sentiment paraît mitigé. Entre la possibilité de voir la gauche s'imposer aux législatives et la mise à prix des circonscriptions populaires, au grand dam de certains élus de terrain. Décryptage.

    Par Jalalle Essalhi
    Le 05/05/2022
  • Dans le XIXème, on a voté Macron à « contre-cœur »

    Fief Mélenchoniste au premier tour, le XIXème arrondissement a finalement voté à 85,85 % pour Emmanuel Macron au second tour. C’est d’ailleurs à Paris, que le Président réélu réalise ses meilleurs scores. Kamélia Ouaissa est allé à la rencontre des électeurs, souvent coincés entre devoir et amertume. Reportage.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 26/04/2022