« No comment ». Voilà certainement la phrase la plus entendue aujourd’hui sur la venue de Nicolas Sarkozy à Marseille. Sans commentaires ? « C’est un c****** », « je ne peux pas le blairer », « je m’en tape le coquillard de sa venue», « je n’ai aucune sensibilité pour ses idées ». Autant dire que Nicolas Sarkozy n’a pas la cote à Marseille en ce moment.

« Massilia » serait donc une ville de gauche ? Pourtant, le président sortant a recueilli 55,7% des votes dans la cité phocéenne au deuxième tour en 2007. Et puis, la mairie est entre les mains de Jean-Claude Gaudin,  le président du groupe UMP au Sénat. Bizarre, bizarre.

Si nombre d’avis sont tranchés, les Marseillais, habituellement si diserts lorsqu’il s’agit de parler politique, ne souhaitent généralement pas s’exprimer au sujet de Nicolas Sarkozy. « Cela relève des opinions trop personnelles mademoiselle ». Il semblerait que voter UMP soit devenu tabou dans la ville aux mille visages. Il fait bon dire que l’on vote à gauche mais à droite c’est moins tendance. On n’assume guère ses convictions même si elles affleurent au détour de quelques phrases : « le service militaire, la rigueur, il y a que ça de vrai ! »

Zora, au chômage, c’est sûr,  n’ira pas au meeting du candidat UMP : « Il n’y a que de la misère depuis qu’il est là. Le bakchich, il n’y a que ca qui compte pour lui ». Chantale, jeune retraitée de sensibilité de gauche, a été déçue par la politique menée ces cinq dernières années, « il a laissé entrevoir de grandes espérances pour les gens et finalement… » Pauline assistante sociale se sent trahie par une politique globalement « anti sociale » : « S’il repasse je change de métier. Aujourd’hui, on fait tampon entre sa politique et la colère des gens. On n’exerce pas notre métier, on soutient indirectement ses mesures et ce système. »

Une salle au Parc Chanot qui peut accueillir 7 000 personnes a été réservée pour la venue du président de la République ce weekend. Des bus pour les militants ont été affrétés. Si les Marseillais ne sont pas sûrs de leur choix pour le premier tour du 22 avril, tous sont d’accord sur une chose. Ils affirment  qu’il y aura très certainement beaucoup de monde dimanche au meeting de « soutien » à Nicolas Sarkozy. Mais qui ?

Charlotte Cosset

Articles liés

  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021
  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021