Huit ans de combat judiciaire pour rendre justice à son fils Philippe, mort calciné à l’âge de 3 ans : Fathi Abou Omar s’en remet aujourd’hui au président de la République, pour lui, l’homme du dernier recours. Olivier de Souza, un ami qui soutient la famille, a réussi à approcher Nicolas Sarkozy. Ce dernier lui a affirmé connaître le dossier et ajouté qu’il s’en occupait.


L’affaire Abou Omar : Sarkozy dit qu’il s’en occupe !
envoyé par Bondy_Blog

Chou Sin

Précédents articles sur le même sujet : 
abou-omar-une-histoire-de-ouf
l-affaire-abou-omar-portee-devant-l-elysee

Chou Sin

Articles liés

  • “La lutte contre le séparatisme a pris le dessus sur l’égalité des chances”

    Alors que l'espace médiatique a été occupé ces dernières semaines par la thématique du séparatisme, le gouvernement a aussi annoncé dans le même temps des mesures sociales en faveur des quartiers populaires et de l'égalité des chances. Des mesures passées presque inaperçues, qui cachent mal le tournant vers la droite du gouvernement Macron. Analyse.

    Par Hervé Hinopay
    Le 22/02/2021
  • Depuis quand l’islam est un problème en France ?

    La séquence politique proposée en pleine pandémie, par Emmanuel Macron et Gérald Darmanin, avec le projet loi contre le séparatisme, pousse à s'interroger sur les relations entre l'islam et l'État sur le territoire français. Le sociologue Hicham Benaïssa montre, par le biais de son étude du monde du travail, que cette relation conflictuelle aujourd'hui, a évolué dans le temps. L'expression de l'islam, jadis acceptée voire encouragée, est aujourd'hui vouée à l'invisibilisation. Entretien.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 18/02/2021
  • « On assiste à une offensive généralisée contre tout ce qui déplait au gouvernement »

    Le Conseil d'État a validé, le 4 janvier dernier, l'application de trois décrets qui élargissent les fiches de renseignement. Trois fichiers : le Pasp (prévention des atteintes à la sécurité publique) de la police nationale; le Gipasp (gestion de l'information et prévention des atteintes à la sécurité publique) pour la gendarmerie et l'EASP (enquêtes administratives liées à la sécurité publique) pourront contenir des informations liées aux opinions politiques, la religion, et la santé. Une escalade dans la surveillance étatique qu'analyse l'historienne et politologue Vanessa Codaccioni. Entretien.

    Par Anissa Rami
    Le 08/01/2021