Après la sortie de Ségolène Royal au parlement des banlieues à Bondy, Nicolas Sarkozy tente de renouer le dialogue avec les jeunes des quartiers. Ce mercredi 13 décembre, c’est indoor, place Beauvau, qu’une rencontre était organisée.

 


On avait bien pris soin de mettre en avant l’association Bleu Blanc Rouge d’Argenteuil pour présenter cette journée mais personne n’était dupe. Il s’agissait bien d’une pure opération de séduction lancée par Nicolas Sarkozy envers les jeunes de banlieue. Cette journée se voulait être un signe fort envers les jeunes des quartiers pour enterrer la hache de guerre. Une manière de marquer une trêve pour repartir sur de bonnes bases en vue de la présidentielle. Mais avait on convoqué les bons acteurs pour la signature du traité de paix ?

Les violences de l’automne dernier ont clairement prouvé que la méthode dure faisait beaucoup de dégâts alors le ministre de l’intérieur est passé à la méthode douce en invitant place Beauvau des jeunes pour participer à une série de tables rondes.

Des jeunes, il y a en avaient quelques uns, mais pas tant que cela finalement. On a surtout vu défiler sur l’estrade des industriels, chefs d’entreprises, responsables d’universités, d’administrations, quelques artistes, tous venus expliquer ce qu’ils faisaient pour améliorer la situation dans les quartiers populaires. Ou plutôt ce qu’ils comptaient faire.
Peu de dialogue, pas de proposition, une journée infructueuse sur le fond mais tout le monde s’est vite rendu compte que le but n’était pas là.

Dans la salle, quelques jeunes issus des quartiers populaires sont un peu gênés de nous retrouver là. Nous les avions déjà croisés au parlement des banlieues avec Ségolène Royal.
Ils ont remis leurs plus beaux costumes, histoire de négocier un poste contre un soutien ou une caution contre une subvention. En politique on a le sens des affaires.
Certains nous disent clairement qu’ils sont prêts à se vendre au plus offrant.

Là où Nicolas Sarkozy a une longueur d’avance, c’est sur son staff. Contrairement aux socialistes, il a compris la valeur des symboles et a su s’entourer d’une équipe de conseillers « issus de la diversité » qui fait parfaitement son travail en ce jour de représentation.
Sa conseillère, Rachida Dati, est comme un poisson dans l’eau. Avec son équipe, elle accueille et dirige les opérations avec beaucoup d’aisance. Elle donne les meilleurs filons à Kamel et Idir, les Bondy blogueurs venus eux pour récolter des numéros de portable (lire poste suivant sur le même sujet).

Nicolas Sarkozy a perdu beaucoup de terrain dans les quartiers et il tente à tout prix de corriger la tendance. Le parti socialiste lui reprochera sûrement d’utiliser le ministère de l’intérieur comme QG de campagne. Les chiraquiens lui reprocheront de manœuvrer en solo.

Azouz Begag, pourtant ministre à la promotion de l’égalité des chances n’était pas convié à cette journée. Il fêtera dans son coin la clôture de son « tour de la diversité » au palais de Tokyo ce jeudi 14 décembre. On y retrouvera sûrement les mêmes jeunes en costume, les poches pleines de cartes de visite.


Par Mohamed Hamidi

Mohamed Hamidi

Articles liés

  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021
  • Dégoutée, la jeunesse communiste lâche-t-elle Fabien Roussel ?

    Une partie des jeunes militant·e·s du PCF, des JC (Jeunes Communistes) et de l’UEC (Union des Etudiant·e·s Communistes) se sentent trahi·e·s par les dernières sorties médiatiques du candidat du parti Fabien Roussel. Des ruptures déjà ancrées sur des enjeux de société semblent aussi se consolider, dans un choc de génération. Témoignages.

    Par Anissa Rami
    Le 15/09/2021