Infiltrer une réunion des comités de soutien en faveur de Ségolène Royal à la mairie ; Pour les grosses missions du Bondy Blog je fais généralement appel à des renforts de gros calibre, mon ami Vuu San qui traîne un passé trouble derrière lui s’est proposé de m’aider dans cette tache. Fausse carte de presse, confection d’un badge du B.B, appareil photo et veste d’aventurier, il m’a fourni la parfaite panoplie du grand journaliste. Accoutré de la sorte, on a eut aucun mal a obtenir un laissé passer pour assister à la réunion. Pour être honnête, il me suffisait de dire Bondy Blog pour être bien accueilli. Tous les medias de l’hexagone attendaient sur le parvis de la mairie l’arrivée de la « zapatera ». A la minute même où elle pointa le bout de son nez mon collègue et moi entamions contre le reste du monde médiatique une lutte sans merci pour se faire entendre, malgré la concurrence acharnée j’ai pu tout de même hurler la question qui me trottait dans la tête « on vous voit souvent à Bondy, il y a une raison ? »

« C’est le choix proposé par le maire de Bondy et par kristina (la femme du maire) représentante des comités de soutien désirs d’avenir, en plus, la salle est sympathique » me répondit l’éventuelle candidate. Pour le député Arnaud Montebourg croisé dans la foule, la venue de Ségolène Royal sur nos terres est un symbole. «C’est le 9-3 territoire où doit s’exprimer avec le plus de force la solidatié nationale », il lança par la suite à plusieurs reprises un énigmatique « Vive Bondy ! » à mon encontre.

Dans la salle des fêtes, une ovation surgit dès l’entrée de Madame Royal. 300 militants venus de toute la France, quelques députés, des sénateurs, des présidents de conseils régionaux et pour la plupart des responsables de comités debout pour applaudir leur égérie. Seuls les premiers mots de son discours calmèrent la foule, des paroles pour motiver les troupes.

Elle essaya d’avoir un mot pour tout : lutte contre le libéralisme sauvage « la loi du plus fort contre le plus faible » selon elle ; le dialogue social « la sécurité de l’emploi est la clef pour que les travailleurs acceptent une flexibilité nécessaire pour une économie conquérante, il faut restaurer la valeur du travail ». Une « transparence des autorités sur l’environnement », un « nouvel ordre juste », une « république de respect » sont quelques uns des mots qu’elle lança devant cette assemblée de sympathisants.

« Une France tirée vers le bas », « une crise démocratique profonde » voir une « confiscations du pouvoir », c’est le bilan qu’elle tire des cinq dernières années de gouvernement de droite. L’évocation « d’un troisième homme » qui peut toujours « faire son apparition » m’a interpellée, un homme qui a encore un certaine popularité chez les indécis un sous entendu, je pense, à la possibilité de voire le président Chirac candidat à sa propre succession.

Nicolas Sarkozy son principal rival d’après les sondages a eu droit lui aussi à quelques paroles : « Le préfet vient d’interpeller le ministre de l’intérieur sur les violences en banlieues. Des dégâts provoqués entre autre, par la suppression de la police de proximité ». « Il est urgent de rétablir un ordre juste, des services publics pour tous, on envoie dans les quartiers difficiles presque exclusivement des enseignants inexpérimentés, l’idéal serait d’allier le regard neuf des jeunes fonctionnaires et l’expérience des anciens».

Durant sa prestation devant presse radio et télévision Ségolène Royal n’a toujours pas officiellement exprimé sa volonté d’être candidate à la présidentielle coté PS. Néanmoins tous les sympathisants présents dans la salle des fêtes de la mairie semblent persuadés qu’elle sera adoubée par son parti, d’ailleurs son discours faisait un peu amorce de campagne : « les fanions déroulés, les voyages de villes en villes ça viendra aussi » a-t-elle même lancé à la tribune.

La femme de notre maire de Bondy, voyant mon badge estampillé Bondy blog céda à un digne sentiment patriotique, elle se démena pour essayer de m’avoir une entrevue allant même jusqu’à me faire passer par des sorties secrètes.

Sans résultat malheureusement vu que tout le PAF était sur les pas de la figure montante du parti socialiste.

Idir Hocini

Idir Hocini

Articles liés

  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021
  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021