Jeudi 16 novembre 2006. Grand jour pour les militants socialistes qui doivent élire le candidat qui représentera le grand parti de gauche aux élections présidentielles de 2007. Nous nous sommes rendues à la mairie de Bondy, lieu où avait lieu le vote des militants socialistes de la section PS de Bondy pour palper l’ambiance. Arrivées à dix sept heures, nous percevons une ambiance relativement calme, les bureaux de vote ne sont pas bondés, sans doute parce que tout le monde n’est pas encore rentré du bureau. Mais il y a déjà du beau monde dans les parages, dont l’épouse de Marcel CHANZY, ancien maire de la ville.

 Dans les couloirs, nous rencontrons aussi Kristina ROGER, conseillère régionale d »Ile de France et membre du comité Désir d’avenir, se dirigeant vers les bureaux de vote, munie de sa pièce d’identité. Après quoi, elle nous accorde un entretien.

Elle nous confie ne pas être nerveuse, pour la raison simple que tout est bien organisé, bien carré : « Pour ma part, je ne suis pas stressée maintenant, je l’ai été avant, durant la campagne interne, pendant les débats« . Puisqu’elle vient de voter, nous lui demandons quel candidat elle espère voir vainqueur. Ce n’est un secret pour personne. Mme ROGER soutient « la » candidate socialiste, Ségolène ROYAL. S’attend-elle à un second tour et surtout contre qui ? Kristina ROGER préfère ne pas s’appuyer sur les sondages, seul le vote peut répondre à cette question. Mais surtout, elle espère « pour le Parti Socialiste que le ou la candidate passe dès le premier tour, pour une raison bien simple : nos trois débats ont été regardés par les Français. De plus, la droite n’attend que ça. Si quelqu’un n’est pas désigné dès le premier tour, ce sera destructeur pour le PS« .

A la sortie des bureaux de vote, nous discutons avec Jean-Luc, militant socialiste depuis 2003. Lui aussi soutient « la » candidate, « elle m’a convaincu quand elle est venue à Bondy au mois de mai. C’est la plus proche de nous. On veut du changement, alors autant avoir une femme ! Je pense qu’elle est capable » affirme t-il, plus que confiant. Michel VIOIX se joint à la discussion, il se présente avec humour comme le « chef de village », comprenez le secrétaire de la section PS de Bondy. Lui aussi est pro- Ségolène, lui aussi préfère éviter un second tour. Néanmoins, si second tour il y a, « peu importe que ce soit contre FABIUS ou DSK« .

Mais où sont donc les militants fabiusiens et strauss-kahniens dans ce paysage bien royal ?

Oui, notre maire Gilbert ROGER a officiellement apporté son soutien à la candidate socialiste. Le vote et son résultat étaient donc attendus. D’autant plus que le parti s’est mobilisé pour la campagne. Différents débats auxquels étaient conviés les militants ont été organisés, le résultat ne pouvait être ici décevant.

Bondy avec Montreuil en tête est l’ une des plus grosses sections du département. A chaque vote, la participation est importante. Elle l’a effectivement été ce jeudi puisque sur 238 inscrits, il y a eu 212 votants. En général les fédérations du département comptent entre 80 et 100 militants.

On nous signale aussi une augmentation depuis la possibilité d’adhérer sur Internet et une cotisation unique à 20 €. C’est Jack LANG qui est à l’origine de cette mesure. Nous interrogeons les personnes présentes histoire de voir ce qu’elles en pensent. Mme ROGER pense que c’est une bonne chose, comme Ali ZAHI, qui souligne le fait que « ça incite des nouveaux militants à venir, après c’est à nous de les retenir ». C’est un peu d’oxygène, contrairement à un militant dans la salle qui se présente à nous comme incontrôlable et au service du parti et non pas d’un candidat particulier, pensant pour sa part que « c’est fait pour servir une cause, ce ne sont que des militants d’un jour, au mieux d’un an ! »

Autre point de désaccord, les partisans de Ségolène souhaitent un seul et unique tour, qu’elle soit investie de manière claire pour sortir forte et attaquer la campagne dans les meilleures conditions. Alors que les pro- FABUIS, eux, ne le veulent pas. M. Jamal AMMOURI, assesseur et en soutien de M. FABUIS nous dit que pour lui un second tour serait positif. Les pro- Ségolène appellent au rassemblement.

Ségolène à Bondy comme ailleurs certainement symbolise le changement, elle a le mérite selon ses partisans de susciter le débat, et le changement c’est elle, elle est venue, elle a vu (trois déplacements en Seine Saint Denis pendant sa campagne, un à Clichy-sous-bois- Montfermeil et deux à Bondy), elle a entendu des jeunes, des travailleurs sociaux, elle n’a plus d’excuses.

M. AMMOURI qui espère environ 30 voix pour Fabuis, soutient l’ancien ministre qui a une position bien à gauche, qui est tranchée et qui n’hésite pas à poser le débat selon lui, ses préoccupations sont en lien avec les problèmes actuels de logement, d’éducation, de santé…

Seul le soutien de DSK ne peut nous parler de ses attentes au niveau du score, pour la section puisqu’il à été parachuté ici au dernier moment, lui venant des Alpes-Maritimes. M. Rodolphe KAUFFMANN travaille néanmoins à la région. Selon ce dernier, en principe DSK devrait arriver deuxième à BONDY puisqu’ il n’y a que peu de militants en soutien à FABUIS, « c’est une terre de mission pour moi plutôt que de conquête » . Il trouve que Mme ROYAL a centré sa campagne sur des analyses mais qu’elle n’a que peu de solutions alors que DSK symbolise la transformation sociale adaptée à la réalité et notamment la mondialisation compte tenu des difficultés que cela engendre.

L’ambiance est bonne, on s’amuse, on sent bien qu’il n’y a pas de pression particulière, le résultat est attendu.

Nous demandons après le Maire, sa femme Kristina nous informe qu’il se trouve à l’Assemblée nationale, lieu où les résultats de la France entière sont centralisés.

Nous lui demandons tout de même quelle serait la position de Gilbert ROGER en cas de défaite de Ségolène, elle répond qu’eux ne l’envisagent pas, de toute manière, on comprend bien qu’il s’est beaucoup trop investi et qu’il serait difficile de reculer.

Brigue-t-il une place de ministre ? Il faut savoir que Ségolène a eu plusieurs soutiens en Seine-Saint-Denis, elle ne pourra pas tous les remercier. Sinon dans son gouvernement d’environ 15 ministres, toute la gauche ne pourra être représentée. De plus obtient-on une place de ministre pour être remercié ou en fonction de ses capacités ?

Comme me le dit Ali ZAHI, le climat actuel ne facilite pas les choses, les mesures prises par le nouveau ministre de la Ville par exemple, seront fortement attendues.

Il est 22h, c’est l’heure du dépouillement. Les premiers résultats tombent, à Bagnolet 81 votants, 35 pour Ségolène, à Clichy aussi c’est elle qui est devant. Kristina Roger reçoit un SMS de son mari lui demandant les résultats : 238 inscrits, 212 votants, 211 exprimés. 24 Fabius, 38 DSK et 149 Royal. Il est environ 23h, nous sommes à peu près une trentaine, aucune surprise, quelques applaudissements. Un militant sort son badge « mon choix c’est elle » : tout a été prévu. Kristina invite les militants présents à boire un verre, on lui demande ses impressions, elle est satisfaite et nous dit que le plus dur est derrière.

Pas sûr !

 

Soraya Messaoudi et Hanane Kaddour

Hanane Kaddour

Articles liés

  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021
  • Dégoutée, la jeunesse communiste lâche-t-elle Fabien Roussel ?

    Une partie des jeunes militant·e·s du PCF, des JC (Jeunes Communistes) et de l’UEC (Union des Etudiant·e·s Communistes) se sentent trahi·e·s par les dernières sorties médiatiques du candidat du parti Fabien Roussel. Des ruptures déjà ancrées sur des enjeux de société semblent aussi se consolider, dans un choc de génération. Témoignages.

    Par Anissa Rami
    Le 15/09/2021