Samantha et Jean-Charles se regardent amoureusement. Ils viennent de finir leur petit déjeuner « Au Pain quotidien », et passent à la caisse. Au menu : croissant, tranches de pain de seigle à la confiture, jus d’orange et café serré. Jean-Charles s’est même payé le luxe d’un yaourt au granola. Ils viennent ici trois ou quatre fois par an. Ils habitent tous les deux dans le 7e depuis quelques temps, mais n’ont choisi ni Rachida Dati (UMP) ni Laurence Girard (PS) au second tour des municipales. Elle est de nationalité américaine, il n’est pas inscrit sur les listes électorales.

Stéphane, lui, a choisi son camp : il va voter Girard. « La restauration du patrimoine culturel n’est pas la priorité dans cet arrondissement. Il faudrait plus de mixité et de logements sociaux. » Ce dimanche matin, il prend le temps d’un petit déjeuner en famille, avec ses deux enfants de 24 et 8 mois. « On ne vient pas très souvent ici, c’est surtout pour partager un moment de détente avec les miens. »

Michèle, attablée devant un « mendiant » – au prix de 6 euros au lieu de 3,50 euros, car elle a choisi de le déguster sur place – confie qu’elle a déjà accompli son devoir de citoyenne. « Je souhaite que la politique menée par l’équipe municipale se poursuive. Alors, Dati ou un autre, du moment que c’est l’UMP, ça me va très bien. »

Anne, 24 ans, installée dans l’arrondissement depuis deux mois et demi. C’est la première qu’elle y vote. « Je ne me sens pas concernée par le 7e. Au premier tour, j’ai voté MoDem, pour montrer qu’au niveau national, il y a des gens qui sont ni à droite ni à gauche. » Et pour le second tour ? « Je ne veux pas donner ma voix au PS, pour voter soi-disant utile. La politique dans le 7e, je m’en fous un peu, je ne compte pas vivre ici, ça coûte trop cher ! », martèle-t-elle en repartant avec ses brioches nature et aux raisins et des brownies pour un petit déjeuner en famille.

Droite, gauche, centre : les clients de la boulangerie « Au Pain Quotidien » ont au moins une chose en commun : ils ont pris le temps de savourer leur petit déjeuner à la française. 7e oblige…

Bouchra Zeroual

Bouchra Zeroual

Articles liés

  • Le problème Roussel des élus des quartiers populaires

    Dans l’ancienne banlieue rouge, les élus locaux du PCF sont légion à serrer les dents face aux sorties réactionnaires de leur secrétaire national. L’omniprésence médiatique de Fabien Roussel et son éloignement manifeste des fondamentaux du parti commencent à être ouvertement critiqués. (Un article d'abord publié chez Mediapart, dans le cadre de notre partenariat).

    Par Héléna Berkaoui, Olorin Maquindus
    Le 04/10/2022
  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022