Samantha et Jean-Charles se regardent amoureusement. Ils viennent de finir leur petit déjeuner « Au Pain quotidien », et passent à la caisse. Au menu : croissant, tranches de pain de seigle à la confiture, jus d’orange et café serré. Jean-Charles s’est même payé le luxe d’un yaourt au granola. Ils viennent ici trois ou quatre fois par an. Ils habitent tous les deux dans le 7e depuis quelques temps, mais n’ont choisi ni Rachida Dati (UMP) ni Laurence Girard (PS) au second tour des municipales. Elle est de nationalité américaine, il n’est pas inscrit sur les listes électorales.

Stéphane, lui, a choisi son camp : il va voter Girard. « La restauration du patrimoine culturel n’est pas la priorité dans cet arrondissement. Il faudrait plus de mixité et de logements sociaux. » Ce dimanche matin, il prend le temps d’un petit déjeuner en famille, avec ses deux enfants de 24 et 8 mois. « On ne vient pas très souvent ici, c’est surtout pour partager un moment de détente avec les miens. »

Michèle, attablée devant un « mendiant » – au prix de 6 euros au lieu de 3,50 euros, car elle a choisi de le déguster sur place – confie qu’elle a déjà accompli son devoir de citoyenne. « Je souhaite que la politique menée par l’équipe municipale se poursuive. Alors, Dati ou un autre, du moment que c’est l’UMP, ça me va très bien. »

Anne, 24 ans, installée dans l’arrondissement depuis deux mois et demi. C’est la première qu’elle y vote. « Je ne me sens pas concernée par le 7e. Au premier tour, j’ai voté MoDem, pour montrer qu’au niveau national, il y a des gens qui sont ni à droite ni à gauche. » Et pour le second tour ? « Je ne veux pas donner ma voix au PS, pour voter soi-disant utile. La politique dans le 7e, je m’en fous un peu, je ne compte pas vivre ici, ça coûte trop cher ! », martèle-t-elle en repartant avec ses brioches nature et aux raisins et des brownies pour un petit déjeuner en famille.

Droite, gauche, centre : les clients de la boulangerie « Au Pain Quotidien » ont au moins une chose en commun : ils ont pris le temps de savourer leur petit déjeuner à la française. 7e oblige…

Bouchra Zeroual

Bouchra Zeroual

Articles liés

  • Burkini, la saison de trop d’une série bien française

    Alors que le conseil municipal de la ville de Grenoble a autorisé en début de semaine les femmes qui portent le voile à nager avec un maillot couvrant, la classe politique s'est déchirée devant la décision. Aux avant-postes, l'État et le Ministère de l'Intérieur qui compte une nouvelle fois empêcher les femmes musulmanes d'accéder à un service public. Nouvelle saison, d'une série tristement française. Édito.

    Par Félix Mubenga
    Le 20/05/2022
  • En Seine-Saint-Denis, la NUPES « vise le strike »

    Le 17 mai, les 12 candidat·e·s de Seine-Saint-Denis de la NUPES ont déposé collectivement leurs candidatures à la préfecture de Bobigny. L'occasion d'affirmer la détermination de la gauche unie de gagner dans toutes les circonscriptions du 93. Mais l'élan Mélenchon retrouve-t-il sa légitimité sur le terrain ? Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 19/05/2022
  • À Aubervilliers, la NUPES se rassemble « pour l’histoire »

    La NUPES - Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale - s'est lancée officiellement à Aubervilliers. Après des jours de négociations médiatisées, les partis de gauche se sont réunis samedi 7 mai en Seine-Saint-Denis pour lancer officiellement la campagne des législatives avec lesquelles ils et elles espèrent transformer l'essai de Mélenchon à la présidentielle. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 08/05/2022