Une annonce politique de la plus haute importance a fait la journée de jeudi. Sur Twitter, François Fillon a officialisé sa candidature à la présidentielle de 2017, avant de se rétracter et de corriger le tir en précisant qu’il parlait de la primaire 2016 de l’UMP… Enfin, personne n’est dupe.

En ce jour d’Ascension, l’ancien Premier ministre est monté sans prendre l’ascenseur. Du pays du soleil levant, il a tourné l’histoire de sa reconquête, scénario à l’appui. Il sera un acteur de la prochaine présidentielle, et pour cela, il compte bien remporter la primaire de l’UMP en 2016.

Réelle surprise ou suite logique ? Depuis la bataille du milieu, de l’eau a coulé sous les ponts. François Fillon et son cadet Jean-François Copé sont toujours là pour lutter contre tout ce qui vient de la gauche. Ils font mine d’unir leur force en bons opposants à la suprématie gouvernementale.

Pourquoi maintenant, quatre jours après la date anniversaire de son altesse sérénissime François 1er, deux jours après la déclaration de son ex-mentor, ex-président Nicolas Sarkozy ? L’ancien Président n’y est pas allé de main morte : « Je vais peut-être être obligé de revenir ». Le tout accompagné d’un bilan fustigateur à l’égard de son  ex-challenger. Le coude-à-coude est formellement lancé à droite !  On est sur tous les fronts pour éviter que l’un prenne d’emblée l’avantage.

Copé, le fils cadet n’a pas encore réagi à l’annonce de son frangin. Va-t-il se ranger dans les bonnes grâces de son padre ? Va-t-il sombrer comme son aîné en évinçant son père Nicolas Sarkozy et épouser sa mère la France ?

Étourderie ou stratégie ? Il avait annoncé son entrain pour la présidentielle de 2017 à des journalistes. L’ex-premier ministre avait également tweeté son envie, qu’il a aussitôt effacée. Peu de temps après son annonce nippone, il se rétracte, d’un tweet, pour calmer les esprits : « Rien de nouveau dans mes propos de Tokyo : c’est aux primaires de 2016 actées par l’UMP que j’ai renouvellé  (sic) mon intention d’être candidat ».

On grille la priorité à ses confrères et on n’assume pas, chauffard ! Le décalage horaire chamboule les esprits et pousse à faire des fautes d’orthographes, renouvelé ne prenant qu’un seul « l ». Monsieur Fillon, je vais vous souffler une phrase pour les primaires de l’UMP : «  Moi président de la République, je ne serai pas président des fautes d’orthographes. »

Lansala Delcielo

Articles liés

  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021
  • Dégoutée, la jeunesse communiste lâche-t-elle Fabien Roussel ?

    Une partie des jeunes militant·e·s du PCF, des JC (Jeunes Communistes) et de l’UEC (Union des Etudiant·e·s Communistes) se sentent trahi·e·s par les dernières sorties médiatiques du candidat du parti Fabien Roussel. Des ruptures déjà ancrées sur des enjeux de société semblent aussi se consolider, dans un choc de génération. Témoignages.

    Par Anissa Rami
    Le 15/09/2021