Elle arrive avec quelques minutes de retard. Qu’importe ! Elle s’installe et se plonge directement dans le débat. À ses côtés, Rachid Kaci (conseiller à l’Elysée), Richard Descoings (directeur de Sciences-po) et Malek Boutih, un responsable national du PS. Enfin ! Elle a le micro. L’occasion pour Valérie Pécresse de dévoiler ses futurs plans. Les mots sont choisis, les phrases sont bien tournées. 

Puis, elle lâche un exemple « qui l’a bouleversé ». Carrément ! « J’ai fait un déplacement dans une prépa réputée qui accueille des jeunes de région parisienne. Et là, récite-t-elle, l’un d’eux prend la parole. Il nous fait part de son impression de découvrir un autre monde dans ce grand lycée. » La ministre n’a pas de larmes mais la gorge nouée, sans doute cette voix que l’on a tous au réveil. Un véritable don d’actrice. Puis, pour conclure son émouvante prise de parole, elle lâche : « Cela montre à quel point ces jeunes n’ont pas de codes. Ni de codes sociaux, ni de codes vestimentaires. » L’assistance n’apprécie pas tellement. Les lumières s’éteignent. Pécresse file en loge.

Entre deux pose-photo, on parle de sa chère collègue Fadela Amara.  La ministre déclare officiellement : « Il faut enjamber le périphérique. » Puis, les propos deviennent plus féériques. « Il faut faire rêver les jeunes tous les jours, notamment avec Luc Besson et sa maison du cinéma. » Tout en se vantant sur ces projets, Valérie Pécresse jure qu’en 2011, « un grand campus d’excellence va s’installer à Aubervilliers avec des supers chercheurs ». Pas de la pacotille mais le top du top, apparemment. Merci pour le rêve. On va tenter d’apprendre les fameux codes indispensables.

Mehdi Meklat et Badroudine Said Abdallah

 

Mehdi et Badroudine

Articles liés

  • Primaire populaire : un scrutin hors-sol pour les quartiers ?

    Les votes pour la primaire populaire s'ouvrent aujourd’hui et jusqu’au 30 janvier, dans l’idée d’investir un·e candidat·e unique d'une gauche de plus en plus fracturée. Dans les quartiers populaires, et notamment en Seine-Saint-Denis, militants et habitants ont pour le moment du mal à croire au rassemblement. Témoignages.

    Par Florian Dacheux
    Le 27/01/2022
  • Le PS et les quartiers populaires : vingt ans de trahison

    Le Parti socialiste poursuit sa lente dislocation dans les quartiers populaires. En Île-de-France, à Évry-Courcouronnes et Aulnay-sous-Bois, les désillusions des militants et adhérants traduisent le sentiment de trahison. Analyse et témoignages. En partenariat avec Mediapart.

    Par Hervé Hinopay
    Le 24/01/2022
  • Prison : le bilan en trompe l’œil de Macron face à la surpopulation

    Arrivé à la tête d'un pays dont la politique carcérale est décriée depuis des années, Emmanuel Macron a lancé depuis 2017 plusieurs chantiers pour tenter d'endiguer le fléau de la surpopulation en prison. Le président avait prévu de créer des milliers de places de prison. Paradoxalement, sa réforme de la justice risque d’aggraver le taux d’occupation des prisons. Décryptage.