Elle arrive avec quelques minutes de retard. Qu’importe ! Elle s’installe et se plonge directement dans le débat. À ses côtés, Rachid Kaci (conseiller à l’Elysée), Richard Descoings (directeur de Sciences-po) et Malek Boutih, un responsable national du PS. Enfin ! Elle a le micro. L’occasion pour Valérie Pécresse de dévoiler ses futurs plans. Les mots sont choisis, les phrases sont bien tournées. 

Puis, elle lâche un exemple « qui l’a bouleversé ». Carrément ! « J’ai fait un déplacement dans une prépa réputée qui accueille des jeunes de région parisienne. Et là, récite-t-elle, l’un d’eux prend la parole. Il nous fait part de son impression de découvrir un autre monde dans ce grand lycée. » La ministre n’a pas de larmes mais la gorge nouée, sans doute cette voix que l’on a tous au réveil. Un véritable don d’actrice. Puis, pour conclure son émouvante prise de parole, elle lâche : « Cela montre à quel point ces jeunes n’ont pas de codes. Ni de codes sociaux, ni de codes vestimentaires. » L’assistance n’apprécie pas tellement. Les lumières s’éteignent. Pécresse file en loge.

Entre deux pose-photo, on parle de sa chère collègue Fadela Amara.  La ministre déclare officiellement : « Il faut enjamber le périphérique. » Puis, les propos deviennent plus féériques. « Il faut faire rêver les jeunes tous les jours, notamment avec Luc Besson et sa maison du cinéma. » Tout en se vantant sur ces projets, Valérie Pécresse jure qu’en 2011, « un grand campus d’excellence va s’installer à Aubervilliers avec des supers chercheurs ». Pas de la pacotille mais le top du top, apparemment. Merci pour le rêve. On va tenter d’apprendre les fameux codes indispensables.

Mehdi Meklat et Badroudine Said Abdallah

 

Mehdi et Badroudine

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021