Samedi 9 décembre 2006 était organisée une réunion-débat à la mairie du XIXème arrondissement de Paris, à l’initiative de L’assoce2luisa et de Collectif 2007, grâce au soutien du conseil de quartier de cet arrondissement. Créée à la suite des émeutes à l’initiative de Nadia MEHOURI, L’assoce2luisa a pour vocation d’organiser des séjours de jeunes de quartiers dans le monde rural afin de les faire rencontrer aux habitants de la France profonde qui, souvent, ne connaissent la jeunesse banlieusarde qu’à travers les images catastrophées des médias.
Le thème de la rencontre portait sur l’inscription des jeunes sur les listes électorales, sujet phare du moment. Parmi les invités, l’association AC LE FEU que l’on ne présente plus, le Bondy Blog et le rappeur Mokobé du groupe 113, invité surprise apparu à la fin de la rencontre.
 
L’inscription des jeunes (de quartiers entendez) sur les listes électorales, un des enjeux des prochaines élections présidentielles ? Sûrement. A première vue, l’initiative consistant à inciter les moins de 20 ans à utiliser le vote comme une arme citoyenne et noble est unificatrice. Pourtant, il semble que les différents acteurs de terrain, dont les protagonistes de cette rencontre, ne soient pas du tout d’accord sur la manière de faire.

Tout commence par l’intervention d’un rappeur, RUST. Au micro, lancé dans un discours passionné, RUST affirme « que si au 2ème tour c’est SARKO contre LE PEN, je ne voterai pas SARKO ». Applaudissements dans la salle. Détail : plusieurs jeunes portent un t-shirt avec un panneau rouge dans lequel figure la mention « STOP SARKO ».
 

C’est ce qui a fait réagir les représentantes du collectif AC LE FEU. Pour Fatima HANI, secrétaire générale et porte-parole de ce collectif, encourager les jeunes à aller s’inscrire sur les listes électorales, « ce n’est pas les orienter vers tel ou tel candidat. Aujourd’hui, nous sommes invités pour aller dans le même sens mais nous sommes tombés dans un traquenard. On n’a pas à embrigader les jeunes en leur remplissant le crâne avec des « Stop Sarko », les jeunes ne sont pas des moutons, ils doivent se faire leur propre opinion. Nous sommes un collectif apolitique, nous ne pouvons donc nous permettre d’orienter le vote de ces jeunes que nous essayons aujourd’hui de convaincre d’aller s’inscrire ». Visiblement peu soutenues par les jeunes qui veulent stopper Sarko, les deux membres d’AC LE FEU quittent la salle. En aparté, je demande à ces dernières de m’expliquer leur point de vue, moi-même intéressée par la question puisque ne sachant pas pour qui voter en 2007. Pour Fatima HANI et sa collègue Samira, il aurait fallu baser cette rencontre sur un apprentissage aux jeunes, leur expliquer ce qu’est un suffrage, leur faire comprendre qu’il existe plusieurs élections. En effet, « les présidentielles de 2007 ne sont pas seules au programme, il y aussi les élections législatives, et surtout, les élections municipales. C’est par les élections municipales qu’on peut faire bouger les choses, et par là aussi qu’on peut faire voter nos parents immigrés ». Un combat au niveau local donc.

A l’inverse, Nadia MEHOURI, organisatrice de cette rencontre, se fixe pour objectif de motiver les jeunes. Et les moins jeunes aussi. Elle ne croit pas en la droite

« Moi-même j’ai 35 ans et je ne sais pas pour qui voter aux prochaines présidentielles ! On nous reproche aujourd’hui de ne pas nous limiter à expliquer aux jeunes la définition d’un suffrage ou d’une élection. Si on l’avait fait de cette manière, les jeunes ne seraient pas venus ! Ils ont besoin de concret. » Une autre membre de Collectif 2007, Charlotte, nous rejoint et m’apprend que dans la salle, les parents d’un ami, la cinquantaine et pas immigrés de surcroît, sont venus écouter le débat parce qu’eux-mêmes ignorent pour qui voter aux prochaines élections présidentielles. Visiblement, les jeunes ne sont pas les seuls à ne se reconnaître dans aucun parti politique.

Le concepteur du t-shirt qui fâche, Zola, un ancien membre de La Maison des Jeunes en Suisse explique pour sa part qu’il ne comprend pas pourquoi un « Stop Sarko » peut choquer, « avec ce t-shirt, on a voulu créer une sorte d’effet boule de neige, nous sommes en démocratie donc on n’a pas à avoir peur de s’exprimer. Si on avait voulu choquer, on aurait choisi d’autres mots pour notre t-shirt. Pour nous, l’idée c’est stoppe-le (ndlr Nicolas SARKOZY) en allant voter. Et puis, il n’y a pas de raison de faire polémique là-dessus : il existe bien des t-shirts, briquets et tongs ‘ allez Sarko ‘. Nous, on a pas les moyens financiers de Sarkozy, ni le même impact dans les médias, personne ne parle de nos t-shirts on est loin derrière »

Mourad, un rappeur de groupe Skred Connexion, explique qu’en 2002, il a été contraint de voter Chirac au deuxième tour, et qu’il n’a « plus jamais envie de le refaire, et le moyen d’éviter ça, c’est que  nous nous exprimions à travers cette possibilité de vote avant qu’il ne soit trop tard, ça fait douze ans que la droite est au pouvoir, il faut que ça change. Après, ça ne signifie pas forcément voter PS, et puis, de toute façon, il faut se préparer à des déceptions même si la gauche passe. Nous risquons d’être déçus parce que nous ne sommes pas représentés ».

 

Selon lui, l’avenir peut cependant changer dans le bon sens.

Cela doit passer d’abord par un engagement citoyen de la nouvelle génération votante, puis par une implication de celle-ci dans la politique, pour faire des petits élus qui deviendront grands. L’idée est séduisante et montre bien qu’il y a un problème en France. Les politiciens ne se sont jamais sérieusement préoccupés de régler la question des banlieues, et plus encore de la question de la représentativité des minorités dans les allées du pouvoir. Si ça continue, il n’est pas impossible de voir demain des partis politiques du type « Blacks Blancs Beurs » apparaître, avec le risque de tomber dans le communautarisme. Ceci pose évidemment la question cruciale de la discrimination positive. Pour beaucoup, elle est l’unique solution. Mais est-ce que des initiatives comme les conventions d’éducation prioritaires lancées par le prestigieux Institut d’Etudes Politiques de Paris suffiront à débloquer l’ascenseur social aujourd’hui en panne ? Est-ce que choisir des talents parce qu’ils sont noirs ou arabes, ce n’est pas une façon de calmer la population qui, d’après le dernier rapport du Haut Conseil à l’Intégration,se dit prête à 75% à voter pour un candidat issu de la diversité ?

Il ne faut pas se leurrer, la discrimination positive, ce n’est pas l’égalité des chances. Ces deux expressions antinomiques ne peuvent constituer une équation équilibrée. En somme, l’équation à résoudre comporte une inconnue qui constitue l’un des enjeux politique et social des années à venir.

Hanane Kaddour

Hanane Kaddour

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021