Rosine Nahounou porte un tailleur noir et blanc, cintré. À la tribune, elle dénonce « l’injustice faite au Front national ». Elle fait partie de ces « anonymes » qui se sont enrôlés dans le comité de soutien Bleu Marine. Elle nous donne cinq minutes entre deux bouffées de macarons. Autour, le président du comité, Gilbert Collard, surveille ses troupes. Interview.

Vous n’avez pas l’impression d’être la Rama Yade de Marine Le Pen ?

 

Ah, non ! Marine Le Pen ne demande pas à avoir une Rama Yade, elle demande des personnes de convictions. J’ai les mêmes objectifs et la même vision que Marine Le Pen. Moi je l’ai dit tout à l’heure, je défends le continent africain parce que je suis d’origine africaine et j’ai de la famille en Afrique. Je vis en France, je respecte la France, je respecte le drapeau français, les lois françaises, la culture française et les valeurs françaises.

Les gens autour de vous ne trouvent-ils pas étrange que vous soutenez Marine Le Pen ?

La plupart des personnes qui trouvent ça étrange sont des gens du parti socialiste. Ils s’exclament, ils me disent : « Ah vous êtes Africaine et vous soutenez Marine Le Pen ?! » Je leur réponds oui, j’ai terminé avec la propagande et la manipulation. Oui, parce que je ne suis pas abrutie, je sais lire, et j’ai fouillé les archives. Et depuis plus de 30 ans, il n’y a que la gauche et la droite qui se distribuent le pouvoir. Ils n’ont rien apporté aux Noirs de France.

Mais les archives du Front National ne sont pas non plus les plus belles…

Lesquelles ? Vous allez me parler de la Guerre d’Algérie peut-être ? À la Guerre d’Algérie, les ordres venaient de l’Elysée. Les vrais responsables sont au pouvoir et ils font porter le chapeau aux simples militaires qu’on envoyait au front.

Est ce que vous n’avez pas l’impression d’être utilisée ?

Je me suis proposé par moi même au Front National. Personne ne m’a appelé. J’ai été à gauche, j’ai été à droite. Mais la gauche ou la droite, j’y crois plus. Et j’ai été séduite par le Front National, notamment sa politique étrangère.

Quelle politique étrangère ?

Allez sur son site, vous verrez qu’elle est pour la souveraineté des nations et l’autonomie des peuples, notamment pour mon continent africain.

 

 

 

Marine Le Pen est la seule pour vous qui a un discours pour l’Afrique donc ?

C’est la seule qui est crédible et cohérente dans ses propos. Je ne veux pas voir des diplômés africains venir en Europe pour travailler dans la sécurité. Je préfère les voir rester en Afrique et les voir développer leur continent africain.

 

Marine Le Pen ne sera sûrement pas élue, est ce que vous serez triste ?

Pourquoi vous dites qu’elle ne sera pas élue ???!! Si vous vous basez sur les sondages, vous savez bien qu’ils sont commandés par les candidats.

Si elle ne gagne pas, vous serez déçue ?

Je ne serais pas déçue. Et je ne pense pas qu’elle va perdre.

Mehdi Meklat et Badroudine Said Abdallah

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021