Ce lundi matin, ils sont une quarantaine de professeurs, réunis devant le lycée Lucie-Aubrac à Pantin et bien décidé à ne pas pénétrer dans l’établissement. Le blues du lundi matin ? Pas vraiment, ou alors sa version la plus revendicative. Les récalcitrants sont là en effet pour dire stop aux lois Blanquer, et pas n’importe quel jour : celui du début du baccalauréat. Eux sont déterminés. Ils feront la grève de la surveillance et n’encadreront donc pas les épreuves. Malgré l’enjeu, l’ambiance est chaleureuse et bon enfant. Des sourires ne tardent pas à apparaître sur les visages. Des médias sont là, les caméras de BFMTV et M6, notamment.

Sur la porte d’entrée du lycée, des banderoles sont accrochées, comme celle-là : « A ceux qui veulent casser l’éducation, l’éducation répond résistance ! ».  Le collectif éducation Montreuil Bagnolet, des professeurs du lycée Marcellin Berthelot et du collège Jean-Jaurès de Pantin, ainsi que des représentants des stylos rouges sont présents. Deux d’entre eux se mettent, mégaphones à la main, à entonner un chant pour galvaniser leurs collègues : « Même si Blanquer ne veut pas, nous, on est là ! On ne laissera pas détruire l’école du service public ! » Certains de leurs homologues reprennent la chanson en coeur. Quelques lycéens observent la scène, mais n’y prêtent que peu d’attention, avant de rentrer dans le lycée pour passer leur épreuve de français ou de philosophie.

Le déroulement des épreuves perturbé mais pas menacé

Tout juste mesure-t-on un poil d’inquiétude : et si cette grève nous empêchait de passer le bac, se disent les anxieux ? Pour éviter que non et pour casser la grève, la direction de l’établissement et le rectorat ont visiblement mis les bouchées doubles. Les professeurs recensent 30% de grévistes et une armada pour pallier leur absence : un service de sécurité de trois personnes, l’embauche de nombreux contractuels, la modification en urgence du planning des surveillants… Un enseignant assure même, dans certaines classes du lycée, le même professeur avait été chargé de surveiller deux salles à la fois !

L’école renforce les inégalités sociales et territoriales

Malgré une forte mobilisation depuis janvier, mais peu médiatisée, les enseignants peinent à se faire entendre du gouvernement. Pour Arnaud Fabre, 38 ans,professeur au collège Condorcet à Maisons-Alfort, la grève était nécessaire : « Des mouvements comme les stylos rouges se sont mis en place dès le mois de décembre, rappelle-t-il. Les organisations syndicales ont appelé très rapidement à des mobilisations cette année, vu l’état de l’éducation nationale. » Il déplore l’inaction du gouvernement : « Et malgré ces appels et ces demandes de négociations avec monsieur Blanquer, on n’a absolument rien obtenu. Par exemple, nous les stylos rouges et les organisations syndicales, avons été reçus, mais ce qui est extraordinaire, c’est que ce sont des concertations et pas des négociations. C’est un écran de fumée. » 

Un gilet jaune, des professeurs et des chants pour se motiver

Dans cette situation de tension, il évoque la difficulté de bien faire son travail : « Le plus compliqué, c’est l’exercice au quotidien de notre métier. Du coup, nous conditions de travail sont celles d’étude des enfants. On a eu une avalanche de contre-réformes qui transforment l’école en quelque chose qui renforce encore plus les inégalités sociales et territoriales. Toutes les décisions sont prises pour économiser des postes. »

Les stylos rouges sont là, les gilets jaunes aussi

Il y a quelques membres des gilets jaunes parmi les manifestants, mais seulement une est visible, les autres n’ont pas mis leur chasuble fluo. Il s’agit d’Emma Greiner, syndicaliste SNES-FSU, mais aussi conseillère principale d’éducation. Elle explique pourquoi les gilets jaunes soutiennent les professeurs : « On soutient la mobilisation contre la réforme Blanquer car c’est du même ordre que ce qui se passe au niveau du gouvernement aujourd’hui. La loi Travail sous Hollande, les urgences… Ce que le gouvernement veut, c’est réduire le service public. »

Les grévistes finissent par se mettre en cercle pour décider de la suite à donner au mouvement de grève. Une grande majorité d’entre eux soutiennent la reconduction. Voté ! La grève des corrections pour le brevet est même évoquée. Toutefois, un vote par établissement sera effectué à travers une AG, qui aura lieu à midi. Pendant ce temps-là, les élèves des filières technologiques avaient à plancher sur un sujet de philosophie parlant : les lois peuvent-elles faire notre bonheur ? Visiblement, pas celles de Jean-Michel Blanquer…

Hervé HINOPAY

Crédit photo : HH / Bondy Blog

Articles liés

  • L’école de Blanquer n’inspire pas confiance à La Courneuve

    #BestOfBB. La loi Blanquer « pour une école de la confiance » a suscité une vaste contestation en région parisienne ces derniers mois. Exemple à La Courneuve, où la communauté éducative s'est mobilisée début avril contre cette réforme qu'ils estiment dangereuse. Reportage.

    Par Rémi Simonet
    Le 24/07/2019
  • Devant les résultats du bac, des cris, des pleurs et des questions

    Ce vendredi 5 juillet, les quelque 700 000 lycéens qui se sont présentés aux épreuves du baccalauréat ont eu leur verdict. Le bac, la mention, les rattrapages... Au lycée Auguste-Blanqui de Saint-Ouen, des jeunes de plusieurs établissements de Seine-Saint-Denis étaient agglutinés pour avoir leur réponse. Un cru 2019 marqué par un mouvement social qui a eu une conséquence directe : certains lycéens n'ont pas encore leur résultat définitif. Reportage.

    Par Mohamed Errami
    Le 05/07/2019
  • Micro-lycée, maxi succès

    #BBReims, épisode 5. Depuis le début des années 2000, les « structures de retour à l’école » ont un objectif simple : remettre des jeunes décrocheurs sur le chemin de l’école et leur permettre d’obtenir le baccalauréat. Aujourd’hui, il en existe 62 en France, parmi lesquelles le micro-lycée de Reims. Cette semaine, une quarantaine d’entre eux suivait un séminaire de révisions à une semaine de l’échéance. Au programme, travail intensif et pédagogie novatrice. Reportage.

    Par Anne-Cécile Demulsant
    Le 13/06/2019