L’association la Cathode a dû fermer ses portes suite à la liquidation prononcée par le Tribunal de Grande instance de Bobigny le 19 décembre dernier. 

« On vide les locaux en ce moment », explique dans un rire crispé Gabriel Gonnet, l’un des fondateurs de la Cathode. Créée en 1986, cette association avait pour objectif d’apprendre le métier de journaliste reporter d’image (JRI) à des personnes en difficulté. Située en Seine-Saint-Denis, l’association a tourné de nombreux reportages et documentaires sur les problématiques de ses quartiers. « La ligne éditoriale était simple, ”A partir de mon expérience de la banlieue qu’est-ce que j’ai à dire sur le monde ?” », résume Gabriel Gonnet.

Une marque de fabrique qui a convaincu de nombreux médias et producteurs : l ‘AFP, France 3, Demain TV… Leurs thématiques privilégiées : le harcèlement à l’école, l’éducation, la résilience… Leur objectif raconter leur quotidien. A la « belle époque », la Cathode c’était 6 salariés permanents, 10 intermittents, 80 salariés en insertion, une dizaine de bénévoles, un catalogue au final de 33 DVD. Mais l’association rencontre des difficultés économiques. Gabriel Gonnet dénonce cette administration kafkaïenne qui perd les initiatives dans les méandres de la paperasserie.

« Je passais plus de temps sur les formalités que sur le travail des projets », regrette l’ancien président, « on est là pour créer pas pour remplir des dossiers ». « Et puis, il y a eu la loi de 2009 sur l’insertion qui nous a fait perdre des subventions. En nous définissant comme un chantier d’insertion nous n’avions plus le droit à certaines aides », regrette-t-il.

« On a fait le job »

Le modèle économique n’était alors plus viable. Malgré la vente des documentaires la Cathode ne s’en sort plus. S’ensuivent, cessation de paiement, redressement judiciaire, puis la liquidation. « Notre faiblesse est de ne pas avoir réussi à construire de partenariat solide », confie Gabriel Gonnet. « C’est un traumatisme, on ne sait pas comment tout ça va évoluer », explique-t-il. Pour lui la Cathode c’était avant tout « une image de fabrique », la certitude que le sujet traité aura ce regard bien particulier de leur quartier.

Et puis, il y avait la dimension humaine évidemment positive : « Les gens faisaient quelque chose collectivement et évoluaient personnellement en parallèle ». « Franchement si l’on regarde on a fait le job », tente de se rassurer Gérard Gonnet. Pourtant la fermeture de la Cathode va laisser un grand vide dans le département et dans le monde de la création. L’ancien président a déjà de nouveaux projets en tête : travailler dans une maison d’édition, développer le travail sur le harcèlement mais dans plusieurs villes, partir en Afrique… Même si ces projets ne sont pas très éloignés des thématiques de la Cathode, il souhaite prendre son envol et laisser derrière lui cette aventure.

D’autres, vont tenter de prendre la suite et tenter de sauver ce qui peut l’être. Une association, « Les Amis de la Cathode », est en cours de création. Ses bénévoles espèrent récupérer le matériel et le catalogue des DVD produits. Et pourquoi pas faire revivre les projets de l’association initiale.

Charlotte Cosset

Soutenez le Bondy Blog

Pour continuer à faire son travail éditorial et développer ses contenus, le Bondy Blog a besoin de vous. Soutenez-nous en participant à notre campagne de financement.

Articles liés

  • Samia Saadani, co-créatrice de « Hrach is beautiful » : « Le cheveu naturel, c’est l’émancipation ! »

    Chez les familles maghrébines, avoir les cheveux bouclés, frisés, crépus est souvent dévalorisé au profit du cheveu lisse. "Hrach is beautiful" ("le cheveu crépu est beau") ambitionne de revaloriser les cheveux naturels nord-africains. Le mouvement s'est lancé ce mardi 10 avril dans le 19e arrondissement de Paris. Rencontre avec la co-créatrice du mouvement, Samia Saadani

    par Sonia Salhi
    le 12/04/2018
  • À Bobigny, l’enfer des habitants de deux tours privées d’ascenseurs

    Deux immeubles, l'un de neuf étages, l'autre de dix, sont privés d'ascenseurs depuis six semaines pour l'un, trois mois pour l'autre. Les locataires n'en peuvent plus. Parmi eux, plusieurs malades dont certains en fauteuil roulant qui ne peuvent sortir de chez eux. Comme Maguy, 55 ans, emprisonnée chez elle depuis trois mois. Ils pointent la responsabilité de leur bailleur, France Habitation. Reportage

    par Ferial Latreche
    le 09/04/2018
  • À Montreuil, portraits de deux parents d’élèves engagés et jugés pour violences sur un policier

    A.V. et B.B. sont les deux parents d’élèves jugés pour violences sur un policier. Interpellés le 27 septembre dernier, ils manifestaient pour la fermeture de l’usine Snem dans le quartier des Buttes à Morel à Montreuil (93) qu'ils jugent toxique. B.B. risque 4 mois de prison avec sursis. La décision est attendue ce mardi 3 avril. Portraits croisés.

    par Amanda Jacquel
    le 03/04/2018