Vite, c’est bientôt l’heure du Ftour (rupture du jeûne), aux fourneaux ! Tous les ans, c’est le même refrain. Chorba, harira, bricks, el ben, pains, zlabya… Le Ramadan, chez les musulmans, est le mois où la nourriture remplit le réfrigérateur à foison. Un peu paradoxal quand on sait que le but de ces trente jours de jeûne est avant tout la piété… Mais ce n’est pas le sujet.

Parlons cuisine. La brick, cette feuille farcie de viande ou de poisson, d’œufs, de légumes, etc. est, tenez-vous bien, un sujet de discorde. Quel pays du Maghreb a le copyright dessus ? Quelle forme est l’authentique ? En triangle, en rectangle, en carré ? Sachez que le grand classique du genre, viande hachée, persil, épices, est devenu ringard. On cherche donc à inventer de nouvelles recettes. Ma tante est une toque de la cuisine créative. Elle m’a fait déguster une brick au thon façon tandoori, avec sa couleur rouge et ses minuscules dés de poivrons. Un régal, je ne vous dis pas !

Autour de moi, de nombreuses filles cherchent à se démarquer de la rituelle brick à la viande hachée. J’ai fouiné dans les cuisines de mes voisines ou amies et j’ai découvert de sacrés mélanges. Une brick au surimi émietté avec de la « Vache qui rit ». Ça paraît louche mais une fois frite dans l’huile puis mangée chaude, on en oubli la tradi. J’ai également goûté « blanc de poulet et curry », très agréable en bouche.

On innove donc, en incorporant aux bricks des légumes comme la courgette, l’aubergine, le concombre, l’artichaut ou encore la carotte. Les voisines se font des concours de dégustation, elles s’invitent les unes chez les autres avec pour prétexte la rupture du jeûne en format grande famille, mais en réalité, c’est pour faire partager leurs inventions. Pour montrer qu’on a de l’idée et plus que sa voisine.

Au supermarché, des femmes demandent à d’autres quel est le plat du soir, histoire de piquer des recettes. Les grandes sœurs soutirent des renseignements aux petites : « Qu’est-ce que ta grande sœur prépare ce soir ? Des bricks à quoi ? Pas très diététiques, tu lui diras que j’en fais des lights, moi ! » Voilà la grande au courant. Mais « lights », ça veut dire quoi ?

Ces demoiselles sont évidemment au régime et confectionnent des bricks lights (qui vont frire dans l’huile !), y mettant du blanc de poulet mariné dans le citron avec de la courgette grillée et du persil, ou encore du thon en miettes avec de la tomate. Ça a l’air pas mal du tout. Et quand on aime la bonne nourriture comme moi, on ne se prive pas. Mes hanches en témoignent. Après les bricks, parions que la vague du renouveau atteindra d’ici peu les sacro-saintes chorba et harira.

Il reste quelques jours de jeûne et les bricks font place peu à peu aux gâteaux. Ah ! Ces gâteaux si délicieux qui font prendre deux kilos en une soirée. Ils sont à la même enseigne que les bricks : les femmes rivalisent d’ingéniosité, c’est à qui se démarquera de l’autre. Sur la forme, la taille, l’ingrédient principal ou encore la couleur. Chez moi, on n’en fera pas. Marre de se casser la tête pendant des jours pour faire des gâteaux qui atterriront dans la bouche des voisines. Cette année, c’est break sur les gâteaux, mais pas sur les bricks.

Inès El Laboudy

Inès El laboudy

Soutenez le Bondy Blog

Pour continuer à faire son travail éditorial et développer ses contenus, le Bondy Blog a besoin de vous. Soutenez-nous en participant à notre campagne de financement.

Articles liés

  • Samia Saadani, co-créatrice de « Hrach is beautiful » : « Le cheveu naturel, c’est l’émancipation ! »

    Chez les familles maghrébines, avoir les cheveux bouclés, frisés, crépus est souvent dévalorisé au profit du cheveu lisse. "Hrach is beautiful" ("le cheveu crépu est beau") ambitionne de revaloriser les cheveux naturels nord-africains. Le mouvement s'est lancé ce mardi 10 avril dans le 19e arrondissement de Paris. Rencontre avec la co-créatrice du mouvement, Samia Saadani

    par Sonia Salhi
    le 12/04/2018
  • À Bobigny, l’enfer des habitants de deux tours privées d’ascenseurs

    Deux immeubles, l'un de neuf étages, l'autre de dix, sont privés d'ascenseurs depuis six semaines pour l'un, trois mois pour l'autre. Les locataires n'en peuvent plus. Parmi eux, plusieurs malades dont certains en fauteuil roulant qui ne peuvent sortir de chez eux. Comme Maguy, 55 ans, emprisonnée chez elle depuis trois mois. Ils pointent la responsabilité de leur bailleur, France Habitation. Reportage

    par Ferial Latreche
    le 09/04/2018
  • À Montreuil, portraits de deux parents d’élèves engagés et jugés pour violences sur un policier

    A.V. et B.B. sont les deux parents d’élèves jugés pour violences sur un policier. Interpellés le 27 septembre dernier, ils manifestaient pour la fermeture de l’usine Snem dans le quartier des Buttes à Morel à Montreuil (93) qu'ils jugent toxique. B.B. risque 4 mois de prison avec sursis. La décision est attendue ce mardi 3 avril. Portraits croisés.

    par Amanda Jacquel
    le 03/04/2018