Mercredi après-midi, aux alentours de 14 heures, un jeune est mort devant son domicile des suites de ses blessures à Bondy Nord. Âgé de tout juste 21 ans, Dany, surnommé Daco a été victime de tirs de balles de 9 mm. D’abord visé à la jambe, il en a reçu une en pleine tête. Transporté d’urgence vers une caserne de pompiers, il est rapidement décédé.

Dany marchait dans une rue de son quartier avec un ami à lui qui en est sorti indemne, lorsque des jeunes en voiture noire les ont pris pour cible. Au total, au moins 4 coups de feu ont été tirés et le véhicule a rapidement quitté les lieux après le drame.

Tout le quartier et son entourage restent encore sous le choc. Les larmes ne cessent de couler pour « ce jeune au cœur d’or » comme le surnomme une amie à moi habitant ce quartier. Elle a grandi avec lui, il était également un très bon ami de son petit frère du même âge que Dany. Elle décrit Dany comme quelqu’un qui  : « a toujours été là pour sa famille, ses amis. Toujours là pour protéger ceux qu’il portait dans son cœur. Gentil, dévoué, il était disponible pour les gens qu’il aime à tout moment. Tu pouvais l’appeler au bout du monde il venait ! Il avait toujours le sourire, et ne pouvait s’empêcher de faire des blagues. C’était un mec en or et malgré son passé taché par un épisode où il a fait de la prison, il voulait vraiment refaire sa vie ! »

Connu des services de police pour « trafics de stupéfiants » selon la Préfecture notamment, il avait visiblement décidé de changer sa vie. Mais son appartenance à un groupe de rap de Bondy Nord, la STT aura provoqué sa fin. Ce groupe revendique son authenticité : « On met en musique ce qu’on vit, ce qu’on aime, ce qu’on ressent et ce qu’on voit » indique leur page Facebook. Il s’agit aussi d’une bande de potes ayant grandi ensemble.

Cependant des rivalités anciennes avec une autre bande de jeunes de la ville serait à l’origine de ce meurtre. En effet, les conflits et bagarres étaient fréquents. Lorsqu’un groupe tombait sur un membre de la bande rivale, il ne se gênait pas pour le tabasser. C’était monnaie courante et ils se vengeaient la fois suivante et vice-versa. Jamais auparavant il n’avait été question de tirs d’arme à feu et de mort. Mais là, il s’agirait « d’une affaire de business » selon certains habitants du quartier. A Bondy, des bruits courent sur le fait qu’il n’était que le premier et que toute la STT était visée . Tout cela reste flou pour le moment mais les coupables sont activement recherchés.

« Hier soir, tout plein de monde s’est déplacé que ce soit des parents, frères, cousins, amis, Noirs, Blancs, Arabes, Chinois, Africains, Antillais… Tout le monde était là pour donner du soutien et de la force à la famille » précise mon amie et proche du défunt Dany. D’origine cap-verdienne, Dany manque déjà beaucoup à ses amis… « Ils ont abattu mon fils comme un chien » confiait sa mère entourée de tout ce monde. Pour le moment, la famille du principal suspect à été placée en sécurité et a dû quitté son appartement de Bondy Nord. Le voisinage craint que les jeunes du quartier ne soient pris d’un désir de vengeance, même si l’heure est au recueillement.

Inès El laboudy

 

Soutenez le Bondy Blog

Pour continuer à faire son travail éditorial et développer ses contenus, le Bondy Blog a besoin de vous. Soutenez-nous en participant à notre campagne de financement.

Articles liés

  • Samia Saadani, co-créatrice de « Hrach is beautiful » : « Le cheveu naturel, c’est l’émancipation ! »

    Chez les familles maghrébines, avoir les cheveux bouclés, frisés, crépus est souvent dévalorisé au profit du cheveu lisse. "Hrach is beautiful" ("le cheveu crépu est beau") ambitionne de revaloriser les cheveux naturels nord-africains. Le mouvement s'est lancé ce mardi 10 avril dans le 19e arrondissement de Paris. Rencontre avec la co-créatrice du mouvement, Samia Saadani

    par Sonia Salhi
    le 12/04/2018
  • À Bobigny, l’enfer des habitants de deux tours privées d’ascenseurs

    Deux immeubles, l'un de neuf étages, l'autre de dix, sont privés d'ascenseurs depuis six semaines pour l'un, trois mois pour l'autre. Les locataires n'en peuvent plus. Parmi eux, plusieurs malades dont certains en fauteuil roulant qui ne peuvent sortir de chez eux. Comme Maguy, 55 ans, emprisonnée chez elle depuis trois mois. Ils pointent la responsabilité de leur bailleur, France Habitation. Reportage

    par Ferial Latreche
    le 09/04/2018
  • À Montreuil, portraits de deux parents d’élèves engagés et jugés pour violences sur un policier

    A.V. et B.B. sont les deux parents d’élèves jugés pour violences sur un policier. Interpellés le 27 septembre dernier, ils manifestaient pour la fermeture de l’usine Snem dans le quartier des Buttes à Morel à Montreuil (93) qu'ils jugent toxique. B.B. risque 4 mois de prison avec sursis. La décision est attendue ce mardi 3 avril. Portraits croisés.

    par Amanda Jacquel
    le 03/04/2018