Article initialement publié le 29 avril 2020

« Cela fait plus d’un mois que nos imprimantes fonctionnent sans relâche et nous avons déjà produit plus de 8000 visières », s’enthousiasme Vincent Guilluy, 46 ans, créateur de la « fabrik ». Las de rester chez lui les bras ballants, ce cadre commercial en informatique décide dès le début du confinement de publier un post sur Facebook. Son objectif : rameuter un maximum de makeurs.  « Les makeurs, ce sont des individus lambdas comme vous et moi, à la différence près qu’ils possèdent des imprimantes 3D », explique-t-il.

En à peine une semaine, ce dernier parvient à réunir 40 imprimantes. Il les dispose dans un local prêté par la mairie de Chelles, la ville d’où provient la majorité des contributeurs : « On doit énormément à la municipalité pour l’aide qu’elle nous a apportée », précise-t-il. Outre la disposition d’un local pour y stocker les imprimantes, la mairie livre des repas quotidiens pour la quinzaine de bénévoles sur place et met à disposition des voitures pour assurer des livraisons.

« Les imprimantes tournent en permanence, de jour comme de nuit et la maintenance s’effectue par équipe de 3 makeurs, avec une rotation chaque jour », détaille Vincent Guilluy, ajoutant : « Dans le cas de la transmission des visières, nous effectuons des livraisons si nécessaires, mais nous avons surtout un drive où les demandeurs peuvent venir chercher leur commande lorsque les visières sont prêtes à l’emploi ». Une visière demande entre 1h30 et 3h de travail pour les makeurs mais les commandes sont, en majorité, préparées dans la journée.

Carte des livraisons de visières dans chaque ville en temps réel

Et ça fonctionne ! « Dès à présent, sur près de 12000 commandes, nous avons pu distribuer trois quarts des visières. Le tout dans 53 villes réparties dans 5 départements différents », affirme le quadragénaire.

Avec 600 visières livrées, l’hôpital de Montfermeil est le principal client de la Fabrik. Quand un hôpital doit s’appuyer sur une initiative citoyenne pour pallier la faillite de l’Etat… Mais l’établissement de santé n’est pas le seul client de la maison : il y a aussi des commissariats, des associations, des ONG…

« D’ici quelques temps, une fois le déconfinement passé, la fabrik disparaitra. Si nous avons décidé de nommer cette entreprise fabrik éphémère c’est justement parce qu’elle doit tendre à disparaitre une fois la crise passée », en conclut Vincent.

En parallèle, une multitude de groupe de makeurs ont fleuri dans chaque département. « Makers contre le Covid – 93 » en est l’un d’eux. Ces derniers sont disponibles sur Facebook avec une page dédiée aux demandes de visières.

Amine HABERT

Articles liés

  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021
  • « On avait envie de ramener les vacances en bas de leurs bâtiments »

    Avec la crise sanitaire, pour de nombreux jeunes des quartiers populaires, l’été se passe souvent à la maison. Pour faire face à un été compliqué, des associations proposent (heureusement) des alternatives pour les plus jeunes. Reportage.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 16/07/2021
  • Le fast food social de l’Après M, 13 organisé à Marseille

    Dans les quartiers Nord marseillais, l’Après-M est en pleine phase de transition : de la débrouille à la structuration, mais toujours dans une quête d'indépendance. En pleine discussion avec la mairie phocéenne qui a annoncé son rachat, le 9 juillet prochain l’Après-M connaîtra la nature de sa propriété et de ses propriétaires. En attendant, l’auto-organisation locale reste toujours la marque de fabrique de la structure qui continue de fournir de l’aide alimentaire. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 08/07/2021