« Nous ouvrons pour qu’existe un endroit où puisse se reconstruire la solidarité entre français et étrangers, entre exilés et sans-papiers, entre les immigrés et leurs enfants », détaillait le communiqué lancé par le collectif pour justifier l’action.

Le collectif La Chapelle Debout qui lutte pour le droit des personnes immigrées, pour l’accès de toutes et tous à des papiers et des logements, a sélectionné les locaux d’une entreprise américaine inoccupés depuis trois ans pour lancer son action. Une occupation illimitée lancée à partir du 18 avril dernier pour demander un logement digne aux personnes exilées.

Un squat, ça ne peut pas être une solution pour toute la vie, c’est juste pour un bout de temps.

Militant du collectif La Chapelle Debout, Aboubakar explique : « Aujourd’hui on occupe pour lutter pour nos droits. Ça fait trois ans que je suis en France, et si on est à la rue, c’est à cause de l’État », explique l’exilé qui faisait aussi partie du mouvement de contestation sociale des sans-papiers en 2019 appelés gilets noirs.

Depuis le début de l’action, exilés, résidents étrangers et bénévoles se relaient pour continuer l’occupation des bureaux parisiens.

Pendant le Covid-19, on a été les oublié·e·s. On n’a eu aucune solution, aucune solution d’urgence, on ne nous a pas proposé
de logement.

« Si je suis ici, c’est pour soutenir les collectifs à l’initiative de cette occupation et dans l’espoir de pouvoir bénéficier à terme de mes droits, d’un logement adapté à ma situation », ajoute E.L, bénévole indépendant en tant que traducteur (principalement afin d’aider des personnes dans leurs démarches administratives et de santé).

Il développe : « Pendant le Covid-19, on a été les oublié·e·s. On n’a eu aucune solution, aucune solution d’urgence, on ne nous a pas proposé de logement. Alors les personnes qui s’organisent et celles qui nous viennent en aide, c’est un espoir. »

Quand le gouvernement français propose des solutions pour les Ukrainiens, c’est bien, mais il faut comprendre que les souffrances sont les mêmes pour tout le monde.

Ce jour-là, à 17 heures, une assemblée générale s’est tenue pour informer les personnes réunies à l’intérieur de l’état d’avancement des négociations avec la police : « Ce qu’ils demandent prioritairement c’est qu’il n’y ait de problème ni dedans, ni dehors. » La réunion a aussi été l’occasion d’expliquer un peu plus en détails la manière dont fonctionne le lieu, destiné à accueillir entre 70 et 80 personnes : « On voudrait avoir des solutions pour tout le monde, mais ça ce n’est pas une solution à long-terme. Tout le monde devrait avoir le droit à une maison, personne ne devrait avoir à vivre dans un squat toute sa vie. On veut juste l’égalité. Rien de plus, rien de moins », clame E.L.

Les bureaux vides ont été rebaptisés : « Ambassade des immigré·e·s ».

C’est également ce que note Basul, étudiant syrien venu en soutien, et tenu informé du déroulé de l’action par le collectif des Sans-Papiers 75 et La Chapelle Debout ! : « Un squat, ça ne peut pas être une solution pour toute la vie, c’est juste pour un bout de temps. Ce n’est pas normal que des personnes doivent dormir dans la rue. Quand le gouvernement français propose des solutions pour les Ukrainiens, c’est bien, mais il faut comprendre que les souffrances sont les mêmes pour tout le monde. »

Installé·e·s au 17, rue Saulnier, à Paris, les occupant·e·s sont toujours là et compte le rester aussi longtemps qu’il le faudra pour faire valoir leurs revendications et leurs droits.

Eva Fontenelle

Articles liés

  • ‘Le Café À l’Asso’ pour refaire le monde et réunir les jeunes de Saint-Denis

    #BestofBB Un café pour refaire le monde autour du bar, mais aussi et surtout construire celui de demain. C'est le projet de l'association Saint-Denis Ville au Coeur qui compte ouvrir ce lieu solidaire, social et festif à destination de la jeunesse étudiante ou non, à proximité de l'université Paris VIII. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 12/08/2022
  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    #BestofBB Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 10/08/2022
  • MaMaMa : contre la précarité féminine et infantile

    #BestofBB Ce dimanche 29 mai nous célébrons la fête des mères. Mais MaMaMa n’a pas attendu ce jour précis pour parler d’elles et leur venir en aide. Ce mois-ci, l'association qui vient en aide aux mères seules et isolées, localisée à Saint-Denis, a soufflé sa deuxième bougie. Coup de projecteur.

    Par Inès Boudabbous
    Le 09/08/2022