Une nuée de questions qui tombent au lendemain du premier tour des élections régionales…

À quoi bon « résister » si on connait la fin ? À quoi bon ce texte, qui trouvera sûrement ses lecteurs, et qu’on oubliera comme tous les autres ? À quoi bon ces lendemains sans horizon ? À quoi bon les mots quand on n’a plus rien à dire ? À quoi bon les explications ? Les statistiques ? À quoi bon les ennemis quand on sait que tout le monde a perdu ? À quoi bon être « républicain » ? À quoi bon être « fier d’être Français » ? À quoi bon ce pays qui creuse sa tombe sous nos yeux ? À quoi bon être « Charlie » ou « Bataclan » ? À quoi bon être comme les autres quand on ne sait plus qui on est ?

À quoi bon les tweets ? À quoi bon les statuts Facebook qui s’éternisent ? À quoi bon l’humour, un soir d’hiver ? À quoi bon les rires ou les larmes, quelles que soient les opinions, quand on sait qu’elles ne valent plus rien ? À quoi bon les emportements massifs ? Les coups de gueule ? Les coeurs en miettes ? À quoi bon nos réactions ? Et à quoi bon les réactions de tout un chacun ? À quoi bon les idées, les petites guerres et les grands débats ? À quoi bon le tous ensemble quand le chacun pour sa gueule s’affirme ?

À quoi bon ce PS honteux ? À quoi bon ce FN facho qui répand les flammes de haine et qui embrasent les pauvres esprits ? À quoi bon cette gauche cassée ? À quoi bon cette droite défaite, nulle, noyée ? À quoi bon choisir entre Bartolone et Pecresse ? À quoi bon ces jeunes déchainés qui votent FN ? Oui, à quoi bon ces 18-24 ans qui plongent dans les eaux crasseuses ? Et à quoi bon ces jeunes qui ne votent pas ? Et tous les autres qui n’iront plus. Et tous ceux qui n’ont jamais été. Et puis c’est vrai, au bout d’un moment, à quoi bon voter ?

À quoi bon ces unes de journaux qui s’offusquent d’un choc ? À quoi bon ces journalistes outrés alors qu’ils alimentaient les cerveaux en promettant que le FN a « un discours de vérité » et qu’il est « le premier parti de France » ? À quoi bon toutes ces vagues marines bien avant qu’elles ne déferlent vraiment ? À quoi bon l’Express, le Point, Marianne qui ont préparé le terrain comme personne d’autre ? À quoi bon Cyril Hanouna. Franchement, à rien. À quoi bon vos petites colères quand les jeux sont faits ? À quoi bon se demander ce qu’il faut faire quand on sait qu’il n’y a plus à rien faire ? À quoi bon se battre quand on a envie d’arracher les cœurs sales à la pelleteuse ? À quoi bon entrer dans ce jeu ? À quoi bon se défendre quand on sait c’est perdu d’avance ? À quoi bon dire que l’islam n’est pas le problème ? Que les musulmans ne sont… Que les jeunes de banlieue ne sont pas…

Nos disques sont rayés. Mais demain, peut-être trouverons-nous des réponses.

Mehdi Meklat et Badroudine Said Abdallah

Articles liés

  • Ici ou là-bas, des lignes meurtrières et des exilés toujours plus stigmatisés

    Alors que les responsables politiques français se font remarquer par un mutisme complice face aux dernières tragédies des exilés, Barbara Allix a décidé de parler de ceux qui se battent pour ces oubliés. Juriste, spécialiste du droit des étrangers, elle est installée à Briançon (Hautes-Alpes) où chaque jour de nombreux exilés traversent la frontière italienne dans les pires conditions. Elle raconte l’envers du décors de cet engagement pour l’humanité. Billet.

    Par Barbara Allix
    Le 30/11/2021
  • Guadeloupe : « On est obligé d’arriver à des extrêmes dramatiques »

    Depuis la mi-novembre, la Guadeloupe est traversée par un mouvement social profond, allumé par une grève des pompiers et soignants face à l'obligation vaccinale de ces derniers. Un mouvement de grève générale qui s'est suivi par des révoltes urbaines, et qui illustre un malaise profond de la société guadeloupéenne et de sa jeunesse face à l'État français. Témoignages.

    Par Fanny Chollet
    Le 26/11/2021
  • Exilés : « La France et l’U.E vous ont laissés vous noyer »

    27 exilés ont perdu la vie le 24 novembre dernier, alors qu'ils tentaient de traverser la Manche, pour rejoindre le Royaume-Uni depuis Calais. Une nouvelle hécatombe, qui devraient mettre la France et l'Union Européenne face à leurs responsabilités. C'est l’électrochoc que voudrait voir Félix Mubenga, devasté et en colère devant des drames qui se répètent. Comme nous tous. Edito.

    Par Félix Mubenga
    Le 25/11/2021