-- Cliquez pour voir l'image en entier

Durant la campagne des municipales de 2008 à Villiers-le-Bel, le maire sortant, Didier Vaillant (PS), avait promis qu’il allait enfin s’attaquer aux problèmes auxquels font face les jeunes de sa commune. A l’époque, j’avais rencontré un élu plein de doutes quant à sa réélection, opposé qu’il était à la très médiatique Sylvie Noachovitch, laquelle n’avait pas hésité à défendre les jeunes émeutiers, pensant sûrement que cela lui donnerait la victoire. Les Beauvillésois ont finalement réélu le maire, sans pour autant lui accorder un blanc-seing, comme on dit.

Un an après la mort de Larhamy et Moushin dans une collision avec une voiture de police (l’enquête est en cours…) et neuf mois après l’élection municipale, j’ai voulu savoir si les choses avaient changé à Villiers-le-Bel. Direction le « Point Information Jeunesse », nouvelle structure rattachée à la mairie, censée apporter une aide aux jeunes des quartiers. Surprise : à l’accueil, l’animatrice du lieu animatrice refuse de me parler après que je lui ai dit être un « journaliste » du Bondy Blog. « Je ne souhaite pas communiquer avec les journalistes, il faut une autorisation du cabinet du maire depuis les événements de 2007. D’ailleurs, donnez-moi votre identité, je vais la transmettre à mes services. »

J’insiste auprès d’elle, arguant de ma qualité de « journaliste citoyen » et de résident de Villiers-le-Bel depuis 36 ans. « Je suis désolé, rétorque-t-elle, je ne peux rien vous dire. » Je quitte donc le « Point Information Jeunesse », qui porte mal son nom. Je me rends alors à la nouvelle bibliothèque de la ville, ouverte le 20 septembre 2008, qui remplace celle qui avait été incendiée en 2007 pendant les émeutes. Même accueil : refus de parler.

Transgressant le black out instauré par la mairie, je m’attarde dans la bibliothèque afin de discuter avec des jeunes qui fréquentent l’endroit. J’essaye d’avoir leur sentiment sur ce qui se passe, ou ne se passe pas, à Villiers-le-Bel. Aboubacar, étudiant à l’université, m’explique avec un sourire ironique : « Vous savez, il ne faut rien attendre des pouvoirs publics, il faut se prendre en main. Moi, je suis étudiant à la fac et je fais tous pour réussir, je n’ai besoin de personne. Lorsque la bibliothèque a brulé, j’allais à Beaubourg. J’ai envie de m’en sortir et je ne m’occupe pas de ce qui se passe dans la commune. »

Sa voisine intervient : « Franchement, les événements ont donné une mauvais image de la ville. Depuis les émeutes, il ya toujours des voitures de CRS qui tournent tous les soirs, et hier j’ai même vu un hélicoptère qui tournait dans le ciel. Il voulait peut-être fêter les un an de la mort des deux jeunes à leur manière. Un nouveau commissariat, une nouvelle bibliothèque, une nouvelle structure pour accueillir les associations de la commune, tous cela je pense que ce sont de bonnes initiatives, mais avant tout, il faut une prise de conscience personnelle, aide de toi et le ciel t’aidera… »

Chaker Nouri

Photo du haut : Aboubacar et sa voisine de table dans la Bibliothèque Aimé Césaire de Villiers-le-Bel.

Chaker Nouri

Articles liés

  • Précarité menstruelle : à Grigny, on veut « changer les règles »

    Au cours de l’année 2021, la ville de Grigny, dans l’Essonne, a mis en place des dispositifs de distribution gratuite de protections périodiques. Cette initiative s’accompagne d’une politique teintée d’actions de sensibilisation pour lutter contre le tabou des règles. Cécile Raoul a rencontré les concernées de la précarité menstruelle. Reportage.

    Par Cécile Raoul
    Le 18/01/2022
  • Père Jean-Luc Ferstler : « La misère n’attend pas les business plans »

    Cette année Emmaüs Forbach fête ses 40 ans. Le prêtre et fondateur d’Emmaüs Forbach, Jean-Luc Ferstler, figure emblématique de la ville, a choisi d’accompagner les personnes les plus fragiles depuis les années 1980. Portrait d’une vie qui raconte un territoire paupérisé après la fin du charbon, heureusement riche en solidarités.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/01/2022
  • À Saint-Denis, Profs et Parents épuisés mais solidaires face au protocole sanitaire

    Face à des protocoles sanitaires compliqués à suivre pour les profs et les parents, une grande majorité du personnel de l'Éducation Nationale fait grève ce jeudi 13 janvier 2021 pour signifier sa colère au Ministre Jean-Michel Blanquer. À Saint-Denis, à la fracture sociale s'ajoute la gestion de la crise sanitaire pour des profs au bord de l'implosion. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 13/01/2022