Quelques mamans de la cité Delattre vantent la richesse physique de leurs filles en âge de se marier, entourées de leurs marmots qui jouent sur l’esplanade de la mairie. C’est folklorique, mais pour AC Le Feu qui est venu distribuer sa synthèse de cahier des doléances, l’endroit n’est pas très approprié.

Je leur souffle discrètement : « Mais à 18h00, béotiens de clichois, c’est à la gare qu’on trouve les bondynnois, c’est l’heure de pointe ! », direction fissa la foule éjectée par le RER. Voila donc leur mission détournée vers mon quartier, je suis vraiment très malin. À l’heure où j’écris ces lignes, je suis déjà très en retard à mon rdv chez le dentiste quelque part dans le coin (ndlr : depuis que ma mère lit le blog, je me dois de dissimuler ma vie sentimentale par ce genre de mytho).

AC Le Feu continue à son rythme effréné sa tournée des banlieues, en province et en Ile de France ; ce soir c’est donc au tour de Bondy : « l’année dernière nous étions allés à Bondy nord, certains bondynnois se sont plaints qu’on ne s’intéressait pas au sud, voilà donc chose faite », m’annonce Mohamed Méchmèche, président du collectif. D’une tête de pont constitué à la hâte, à partir de leur bus, les militants d’une moyenne d’âge de 19 ans distribuent leur contrat social et citoyen. « J’ai rejoint l’association parce que je me sentais concerné par les problèmes des banlieues », me confie l’un deux. Et devinez ce qui ne va pas à Clichy ? « Le logement et le transport », conclut-il entre deux largages de tract.

Du Rap militant s’échappe d’un haut parleur, pendant que Mohamed arrangue la foule  « on est là pour discuter avec vous ! On n’a rien à vendre ! On n’est pas un parti politique, le premier parti de France c’est le peuple ! ». Quelques personnes écoutent, d’autres prennent le document et filent au pas de course vers leur bus. Certains bondynnois confient leur aspiration : « je veux un logement. Si je pouvais, je m’achèterais un immeuble » nous crie Tarik un brin éméché.

AC Le Feu continue sa tournée pour « remettre la banlieue au centre du débat ». Je risque une petite prise de température électorale auprès de Mohamed : « Il y a beaucoup de jeunes des quartiers anti Sarkozy. Il y a un phénomène Bayrou qui commence à se ressentir même si les gens se demandent toujours d’où il sort ».

 

 

 

 

 

Pour écouter l’interview de Khadija, militante du collectif AC Le Feu.

3’14. ACLF.mp3

Idir Hocini et Chou Sin

Idir Hocini

Articles liés

  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021
  • « On avait envie de ramener les vacances en bas de leurs bâtiments »

    Avec la crise sanitaire, pour de nombreux jeunes des quartiers populaires, l’été se passe souvent à la maison. Pour faire face à un été compliqué, des associations proposent (heureusement) des alternatives pour les plus jeunes. Reportage.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 16/07/2021
  • Le fast food social de l’Après M, 13 organisé à Marseille

    Dans les quartiers Nord marseillais, l’Après-M est en pleine phase de transition : de la débrouille à la structuration, mais toujours dans une quête d'indépendance. En pleine discussion avec la mairie phocéenne qui a annoncé son rachat, le 9 juillet prochain l’Après-M connaîtra la nature de sa propriété et de ses propriétaires. En attendant, l’auto-organisation locale reste toujours la marque de fabrique de la structure qui continue de fournir de l’aide alimentaire. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 08/07/2021