Nous vous avons parlé de la Maison de quartier Centre social Georges Brassens. Dans une banlieue comme Bondy, il s’ y passe des tas de choses et j’y suis retourné deux fois. Deux fois pour rencontrer Bernadette Charrier, une assistante sociale qui va prendre sa retraite d’ici octobre, une sainte de Bondy qui s’en va, le cœur pincé mais un peu dégoûtée quand même du tour que prennent les choses dans la cité. Au détour d’une discussion j’apprends qu’autrefois ce centre s’appelait Centre Alpha. Et son directeur, jadis, n’était autre que ce cachottier de Mohammed, actuel président du RC Blanqui. C’était l’époque où il n’y avait pas encore de barreaux aux fenêtres. Le centre Georges Brassens a évolué depuis, mais il est resté l’Alpha et l’Omega de Bondy pour les nécessiteux. Il abrite aussi les Restos du cœur et l’on voit des familles entières venir chercher de quoi manger ou se vêtir. Et pas que des clandestins ou des fainéants, comme on certains aiment à le penser, mais bien des working poor, des gens qui travaillent à 150% sans réussir à nouer les deux bouts.

Par Michel Beuret

Michel Beuret

Articles liés

  • 2 ans après la mort de Sabri, la famille demande toujours justice

    Samedi 21 mai 2022, à Argenteuil, une marche blanche a été organisée par la famille de Sabri Choubi. Mort, il y a deux ans, dans un accident de moto, les proches demandent des réponses dans cette affaire qui impliquerait un véhicule de la BAC. Reportage.

    Par Audrey Pronesti
    Le 23/05/2022
  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022