Une des choses qui me fascinent à Bondy, c’est qu’il y a très peu de tags et de graffitis. En tout cas moins que dans une ville de Suisse. Mohammed me dit que les jeunes n’aiment pas cela. Pourquoi? Mystère.

Le seul endroit où l’on trouve des graffitis en quantité, c’est sur le bord du Canal de l’Ourcq, la frontière entre Bondy Nord et Bondy Sud. Comme une limite qui serait marquée des deux côtés par des hiéroglyphes remplis de défiance. Un reste de la guerre des Cités dont me parlait Alexis l’autre jour. Voilà un des rares exemplaires de tags que j’ai trouvé en dehors de cette zone, à proximité de Blanqui. Un peu maigrichon, mais c’est toujours quelque chose.

 

 

Par Pierre Nebel

Pierre Nebel

Articles liés

  • Le front politique des enseignants se prépare-t-il ?

    Comment va se traduire la colère des professeurs dans les urnes ? Alors que les professeurs semblaient être nombreux à adhérer au projet Macron en 2017, la colère contre le ministre de l'Éducation Nationale et ses protocoles sanitaires, laisse présumer une désaffection pour le prochain scrutin. Prise de pouls lors de la manifestation du 27 janvier.

    Par Olorin Maquindus
    Le 28/01/2022
  • Qui sont les femmes derrière les “salons de beauté indiens” ?

    Les salons de "beauté indiens" fleurissent dans les quartiers depuis de nombreuses années. Mais derrière les portes de ces instituts, se cachent des modèles de féminisme et d'entrepreneuriat issu de la diaspora pakistanaise, indienne ou népalaise. Amina Lahmar a franchi le pas de plusieurs établissements pour écouter une autre histoire de l'immigration en France. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 26/01/2022
  • Précarité menstruelle : à Grigny, on veut « changer les règles »

    Au cours de l’année 2021, la ville de Grigny, dans l’Essonne, a mis en place des dispositifs de distribution gratuite de protections périodiques. Cette initiative s’accompagne d’une politique teintée d’actions de sensibilisation pour lutter contre le tabou des règles. Cécile Raoul a rencontré les concernées de la précarité menstruelle. Reportage.

    Par Cécile Raoul
    Le 18/01/2022