Cet après-midi, mon collègue Michel Audétat prend le relais. Je donc arrivé à ce moment un peu niais qui ressemble à une cérémonie des Oscars (ou des Césars), quand on remercie tout le monde avec une larme à l’œil.

J’aurais beaucoup de gens à remercier, du maire Gilbert Roger à des personnalités anonymes mais lumineuses comme Mdahoura Saïd ou Elbekkay Zerouali. Tous m’ont ouvert leur porte et leur confiance.

A propos d’Elbekkay, une petite remarque: chaque fois que nous avions rendez­-vous, il était là, ponctuel, précis, prévenant, alors que j’arrivais en retard, essouflé, bafouillant des vagues excuses qu’il recevait en souriant. Les clichés sur les Suisses et les banlieusards…

Il y a pourtant quelqu’un que je ne veux pas oublier de saluer: c’est vous. Vous qui lisez ce blog, vous qui le nourrissez par vos remarques et vos débats. Vous êtes la moitié de ce blog, parfois la plus passionnée et la plus éclairée. Alors merci.

J’ai adoré ces deux semaines, bonne chance Michel! A bientôt, Bondy !

Par Alain Rebetez

Alain Rebetez

Articles liés

  • 2 ans après la mort de Sabri, la famille demande toujours justice

    Samedi 21 mai 2022, à Argenteuil, une marche blanche a été organisée par la famille de Sabri Choubi. Mort, il y a deux ans, dans un accident de moto, les proches demandent des réponses dans cette affaire qui impliquerait un véhicule de la BAC. Reportage.

    Par Audrey Pronesti
    Le 23/05/2022
  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022