Pascal s’est fait baptisé pour la première fois dans la nuit de Pâques. Il a 21 ans, prépare les concours des écoles d’infirmière et a décidé de devenir catholique, « il n’y a pas d’explication logique, c’est la foi ». Cet étudiant qui a suivi sa scolarité au lycée Saint-Vincent de Paul pour la qualité de l’enseignement n’a pas reçu une éducation religieuse au sein de sa famille. Il explique ce besoin de spiritualité par des évènements rencontrés qu’il a eu du mal à surmonter seul. « Au quotidien, la foi m’apporte de la force, je me sens mieux pour affronter la vie. Aujourd’hui, je vois ce baptême comme un nouveau départ », confie-t-il avec joie.

C’est à l’issue d’une longue réflexion et d’un cheminement d’environ deux ans que ces jeunes entrent dans la communauté chrétienne.  Cette période appelée catéchuménat permet aux futurs membres de la communauté chrétienne de lire les textes, d’échanger et de participer à la vie  de la paroisse, de réfléchir à  leur cheminement personnel.

105 baptêmes d’adultes à Marseille

Pascal n’est pas un cas isolé. Les jeunes marseillais et les jeunes français de manière générale se tournent de plus en plus vers la religion catholique. Si le nombre de baptisés n’augmente pas par rapport à l’année dernière, environ 3 000, celui des jeunes adultes bondit. Une évolution très nette selon le diocèse de Marseille, confirmée par la Conférence des évêques de France. Deux tiers des nouveaux baptisés sont âgés de 18 à 35 ans et le nombre des 18-20 ans augmente de 35%. Le diacre, Philippe Chollat constate avec plaisir que le nombre de baptêmes d’adultes a doublé depuis son arrivée dans le diocèse, il y a dix ans.

A Marseille, ce sont 105 personnes qui se sont présentées dans les différentes églises pour communier samedi. Ces jeunes sont des étudiants ou de jeunes travailleurs qui se tournent vers la religion suite à des évènements bouleversants (décès, difficultés personnelles) ou par choix pour l’avenir (mariage, volonté de faire baptiser ses enfants). « La société d’aujourd’hui ne fait plus baptiser systématiquement ses bébés. La démarche vers la religion est plus tardive mais aussi plus vraie, plus authentique » explique le diacre. Le diocèse assure aussi qu’un petit nombre de jeunes musulmans se tournent vers le catholicisme.

Une démarche spontanée

Pas besoin de démarcher la jeunesse donc. Le père Brunet explique qu’il se charge seulement de la coordination entre les jeunes catholiques à Marseille : « mon rôle est simplement de les accompagner et de soutenir leurs initiatives ». Des groupes se créent spontanément dans les écoles, dans les universités. Une aumônerie a été instituée à l’Ecole Centrale par exemple.  A la Faculté des Sciences et Techniques de Saint-Jérôme une quarantaine d’étudiants se réunit de manière hebdomadaire. Un mouvement dynamique s’est aussi formé à la Faculté de Médecine de la Timone. Ces futurs médecins et professionnels de la santé, ressentent pour certains le besoin de parler spirituellement des questions d’éthique.

Tous ces jeunes adultes qui se réunissent pour discuter ne sont pas tous des pratiquants, ne sont pas tous baptisés mais tous partagent des valeurs communes. Des valeurs qui ne sont pas propres à la religion. Le diacre Chollat se réjouit, « finalement ils défendent des valeurs qui sont aussi celles de la République, la liberté, l’égalité, la fraternité… »

Charlotte Cosset

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022