2005-2015 : SOUVIENS-TOI ? Les blogueurs se rappellent de leur octobre et novembre 2005.
Je me souviens de novembre 2005… J’habitais dans le 93 depuis 20 ans et à Bondy depuis 6 ans, sans soucis majeurs jusque-là. Ma fille Katy*, 12 ans, se rendait très régulièrement depuis 5 ans à la cité Delattre, chez une amie : « là-bas, il y a des garçons qui font brûler des poubelles », lançait-elle, perplexe. Nous avions rarement vu des poubelles brûlées à proximité de notre maison, située dans un quartier pavillonnaire. Je me souviens du vrombissement fréquent des hélicoptères qui surveillaient Bondy. En visite chez notre mamie à Neuilly-Plaisance, Katy* a dit : « oh ! Ici, on n’entend pas les hélicoptères ! ». Quelques jours plus tard, notre amie Dalila* a téléphoné : « en Israël, on a beaucoup d’informations sur les émeutes dans le 93 ; la famille et les amis me déconseillent de venir à Noël ; on me conseille même de prendre une assurance spéciale, qu’en penses-tu ? », a-t-elle demandé à mon mari. « À mon avis, tu peux venir, je pense que ça se sera calmé dans deux mois », fut sa réponse. Finalement Dalila a passé tranquillement les fêtes avec nous, sans assurance complémentaire.
Documentaliste, je me souviens de mon affectation dans un quartier sensible, début novembre. Le collège Jean Jaurès à Villepinte. Ma découverte de la ZEP, la Zone d’éducation prioritaire. Le collège était en grève, des réunions avaient fréquemment lieu en salle des professeurs. Je ne suis pas prête d’oublier la première réunion. Les surveillants y exprimaient leur inquiétude : « on a peur. Il y a souvent des bagarres assez violentes dans la cour. On n’est pas assez nombreux. On n’est pas sûrs de pouvoir toujours contrôler les élèves. On ne se sent pas en sécurité. Il faut parler avec le Principal ». Le collège était dirigé par un jeune principal qui avait eu l’habitude d’un collège tranquille en province. Les enseignants, très engagés politiquement et très actifs, étaient eux aussi inquiets : « le principal n’est pas présent tous les matins près de la grille au moment de l’arrivée des élèves, alors que c’est très important d’y aller. Il faut qu’on prenne rendez-vous avec lui ». J’étais tout le temps sur mes gardes dans cette ville. Finalement je n’ai pas eu de problèmes dans la rue. Au CDI, nous mettions un petit fond de musique classique pour apaiser des élèves qui en avaient bien besoin. Je me rappelle de deux débuts d’incendie à l’initiative de quelques élèves ; ils ont été rapidement éteints. Au bout de quelques jours, nous avons appris par des collègues l’existence d’émeutes dans un collège à Saint-Denis, pas mentionnées sur le web. Je n’oublierais jamais ce collègue de sport qui a été agressé par des jeunes d’un quartier voisin (ils lui ont lancé des cailloux mais il a pu s’échapper). Ses collègues ne l’ont pas soutenu sous prétexte qu’il aurait dû faire grève ! J’ai quitté sans regrets ce collège au bout de 5 mois. Ouf ! Aujourd’hui, quand un professeur de maths me raconte que, dans son collège à Saint Denis, au début de chaque cours il fait poser tous les cartables près de son bureau pour éviter des vols, je sais qu’il n’exagère pas…
Marie-Aimée Personne
*Les prénoms ont été modifiés
 

Articles liés

  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 22/10/2021
  • À la petite boutique de Stains, le handicap a toute sa place

    Pour son premier reportage sur le terrain, Kadidiatou Fofana, en classe de seconde, s'est rendue à La Petite Boutique de Stains (Seine-Saint-Denis) qui agit pour l'emploi des personnes en situation de handicap. L'occasion pour elle de rencontrer Ophelie Esteve, qui gère les activités du lieu. Reportage.

    Par Kadidiatou Fofana
    Le 21/10/2021
  • ‘Qui va accoucher les femmes ?’ : le cri d’alerte des sages-femmes de Saint-Denis

    A l'hôpital Delafontaine de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), l'annonce de la fermeture de plusieurs lits en salles de naissance a fait déborder le vase pour les sage-femmes en sous-effectif dans tout le département, alors que c’est là que l’on compte le plus de naissances en France. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 15/10/2021