En lisant un journal par jour de beau temps, je tombe sur la manchette suivante : « L’Ourcq en fête, promenade en bateau entre le Parc de la Villette et Bondy pendant tout l’été pour 1 €. » L’idée m’est apparue tellement sympathique que je me suis empressée de m’organiser un voyage à bord du Paris-Bondy. Samedi dernier, bien décidée à profiter des activités de l’Ourcq en fête, je me rends donc à Bondy. En arrivant à la gare, je commence par demander mon chemin : « Vous savez ou se trouve le bateau qui relie Paris à Bondy ? » Personne ne sait. Je commence à me demander si j’ai bien lu et si cette navette existe vraiment.

Première étape, direction le canal de l’Ourcq. Mais à ma surprise, en plein samedi après-midi, je vois très peu de personnes autour du canal. Un pêcheur à qui je pose la question, répond : « Ah bon ! Il y a un bateau le long du canal de l’Ourcq ! Je ne suis pas au courant ! » Un autre semble au courant : « Oui, je vois bien un bateau passer le week-end mais plus vers le canal, du côté de Noisy. » Et en effet, le long du canal, vers Noisy, j’aperçois une dizaine de personnes qui attendent le bateau : des mères de familles maghrébines avec leurs enfants et même des petits-enfants, quelques couples et des vendeurs de sandwichs comme à la plage. Ouf ! Je ne me suis pas trompée !

En attendant, j’en profite pour me renseigner sur la navette : comment est-elle ? Fonctionne-t-elle bien ? Le vendeur de sandwichs : « Oui, j’ai l’impression que la navette fonctionne bien, mais moi, en attendant, j’ai du mal à vendre mes sandwichs ! » Bon, pour le remercier, je lui en achète un.

Peu après, la navette pointe le bout de son nez. Et quelle surprise ! Un bateau-mouche ! Un bateau-mouche sur le canal de l’Ourcq avec son commandant de bord, deux personnes pour l’accueil, et une « guide touristique » ! Lorsque je monte, il se trouve déjà beaucoup de monde : des personnes âgées, des couples… Laure et Nicolas, l’un d’eux, ont l’air satisfaits pour leur « visite culturelle » : « C’est super sympa de découvrir ce qui se passe aux alentours du canal de l’Ourcq. On apprend beaucoup sur le tissu économique, un peu sur l’histoire. Mais c’est un peu long trois heures aller-retour. »

Vrai qu’on peut apprendre beaucoup sur le canal et ses alentours en prenant la navette : historique de la blanchisserie de Pantin, de la Villette, description des projets économiques à venir sur Bondy-Bobigny-Pantin – comme le projet d’éco-cité sur Bobigny –, description du cimetière musulman de Bobigny, histoire des grands moulins de Pantin…

Myriam, qui prend la navette depuis Bondy et descend au parc de La Villette avec ses enfants, y voit d’autres intérêts : « C’est génial ! Je ne sais pas comment l’expliquer, c’est très bien pour les enfants. On voit de nouvelles choses, c’est presque gratuit. Ca fait sortir les gens de leur trou », m’explique-t-elle en rigolant. Je partage son avis : la balade est si agréable que je décide de la reprendre depuis le Parc de La Villette le lendemain. C’est ainsi l’occasion de voir comment cela se passe depuis Paris.

Il est 14 heures, nous sommes dimanche, il fait soleil et là, à La Villette, il y a foule ! Au point que certaines personnes en sont dégoutées et finissent par abandonner leur périple : « C’est la première et la dernière fois que je prends ce bateau : on voit le pire des comportements humains ici ! D’ailleurs on va descendre ! » Mais ceux qui restent savent ce qu’ils gagnent à se serrer : « C’est super sympa, on va aller à la base nautique de Bobigny, dit, enthousiaste, Dominique, habitant le XXe. » En revanche, les enfants ne sont pas du même avis : « Pourquoi on va à Bobigny ? Il n’y a rien à faire là-bas ! »

A l’évidence, cette navette est davantage utilisée par les Parisiens. « J’ai fait la billetterie à la fois à Bondy et à Paris, me dit un des organisateurs. Alors qu’on réalise 300 entrées sur Paris, on n’en vend que 100 côté banlieues. » La démarche de tout cela, c’est de « Promouvoir une autre image du 93 »… mais sans quitter le siège du bateau-mouche.

Nora Yourri

Nora Yourri

Articles liés

  • Mort en prison de Sofiane Mostefaoui : pour sa famille, une peine inconsolable

    Dernier d'une fratrie de sept enfants, Sofiane Mostefaoui est décédé lors de son incarcération à la maison d'arrêt de Lyon-Corbas en mars 2013 quelques semaines avant la fin de sa détention. Pour ses frères et sœurs, la version officielle du suicide se heurte aux incohérences du dossier. Huit ans après les faits, entre questions restées sans réponses et peine vive, ils témoignent d'une vie marquée par la disparition de leur frère.

    Par Meline Escrihuela
    Le 21/09/2021
  • Français d’origine sud-asiatique : sortir de la désillusion de la représentation

    Si ces dernières années le militantisme anti-raciste tente de combattre les discriminations et les violences que subit la communauté asiatique, qu’en est-il pour ceux appelés “Hindous”, ou “Pakistanais” par raccourci. Comment ces personnes invisibilisées tentent de se définir et de trouver l’équilibre. Les jeunes Desis de France se racontent. Témoignages.

    Par Amina Lahmar
    Le 20/09/2021
  • Tirs policiers à Stains : « je me suis vu mourir »

    Dans la nuit du 15 au 16 aout dernier, Nordine et sa compagne reçoivent près d'une dizaine de coups de feu à Stains, tirés par des policiers sans brassards, non identifiables. Près d'un mois après les faits, l'homme toujours choqué, se confie pour la première fois aux médias, pour le BB. Témoignage.

    Par Céline Beaury
    Le 16/09/2021