Ni photo, ni prénom pour ce message frondeur gorgé d’humanisme et de vérité, un message anonyme recueilli dans un lieu inapproprié:

« Dans les années soixante, Guadeloupéens et Martiniquais s’étaient révoltés, avec des balles réelles tirées en plein Paris, pour protester contre la discrimination dans l’emploi. Le président De Gaule leur avait aussitôt ouvert les Concours d’administration et le calme était revenu. Aujourd’hui, rien n’est fait pour les nouvelles vagues d’immigration. Les jeunes des cités font partie de la troisième génération non intégrée! Cela parce que les Français sont racistes! On attend les réformes de janvier 2006, mais pour l’instant, les gens vivent comme dans les pays de l’Est. L’Etat leur appuie dessus pour pas qu’ils se soulèvent! »

On rêve qu’un tel appel au changement puisse être crié à visage découvert dans n’importe quelle administration. Ce n’est pas le cas. Vive la République!

Par Blaise Hofmann

Blaise Hofmann

Articles liés

  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021
  • « On avait envie de ramener les vacances en bas de leurs bâtiments »

    Avec la crise sanitaire, pour de nombreux jeunes des quartiers populaires, l’été se passe souvent à la maison. Pour faire face à un été compliqué, des associations proposent (heureusement) des alternatives pour les plus jeunes. Reportage.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 16/07/2021
  • Le fast food social de l’Après M, 13 organisé à Marseille

    Dans les quartiers Nord marseillais, l’Après-M est en pleine phase de transition : de la débrouille à la structuration, mais toujours dans une quête d'indépendance. En pleine discussion avec la mairie phocéenne qui a annoncé son rachat, le 9 juillet prochain l’Après-M connaîtra la nature de sa propriété et de ses propriétaires. En attendant, l’auto-organisation locale reste toujours la marque de fabrique de la structure qui continue de fournir de l’aide alimentaire. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 08/07/2021