La fête est chaleureuse. Ce soir-là à Argenteuil, le travail, les efforts, la persévérance sont des valeurs mises à l’honneur. Nous sommes vendredi 25 septembre et l’Association des travailleurs maghrébins de France (ATMF), groupement argenteuillais qui se distingue par son engagement très concret en faveur d’une meilleure formation auprès d’un large public, récompense des jeunes méritants, ayant obtenu qui un diplôme, qui un concours, qui un permis de conduire… « Bienvenue à toutes et tous, aux parents venus nombreux…Beaucoup de jeunes sont absents car ils ont leur entraînement sportif le vendredi soir », sont les premiers mots d’Alliatte Chiahou, chargé du développement à l’AMTF pour ouvrir cette 7e édition de la Fête de la réussite. Mariam Toure, 16 ans et Sarah Mir, 15 ans, toutes deux originaires d’Argenteuil, viennent d’obtenir leur brevet des collèges.

Alliatte Chiahou les a encouragées à s’inscrire à cette remise de prix. « On est là plus par curiosité », me confient-elles. Elles pourtant ont l’air contentes lorsqu’elles reçoivent leur récompense. Elles n’ont pas trouvé que la scolarité au collège était difficile, « l’ensemble des profs était bien ». Mariam dont la sœur avait été récompensée à une précédente Fête de la réussite et qui est à présent médecin généraliste, est intéressée par les sciences. Sarah, elle, ne sait pas ce qu’elle fera encore.

Un par un, les jeunes vont venir cueillir leur trophée : pour l’un, qui a fait le pari de devenir artisan, ce sera un CAP boulanger-pâtisser, « parce que j’ai un frère qui a son CAP aussi ». Pour d’autres, un bac pro comptabilité ou secrétariat. Certains voient remettre leur master. Alliatte Chiahou souligne tout au long de la remise des diplômes que « si on s’en donne les moyens, on y arrive ». Il nous dit quelques mots à propos de l’année passée d’un jeune homme Wallibi Saïd, absent ce soir : « Je le connais bien et je pense à lui car je sais qu’il a galéré cette année en s’inscrivant en candidat libre pour obtenir le bac et qu’il a atteint son objectif. » Il félicite également un autre jeune « qui s’était donné comme challenge de passer le permis de conduire car il conduisait sans jusqu’à présent et qui l’a eu ».

A son tour, le maire, Philippe Doucet, prend la parole : « Il est très important de montrer que la réussite éducative est ouverte à tous parce que même si plus tard, il peut y avoir des discriminations, les diplômes sont un atout. Il faut continuer et pousser les jeunes autour de vous pour se battre à armes égales. » Il poursuit en insistant sur le fait que « les médias parlent trop souvent de ceux qui ne sont pas à l’heure ».

Un père visiblement ému qui est venu chercher le certificat de master 2 Sciences-Po de sa fille remerciera timidement l’association. Une étudiante a reçu des mains du maire son master didactique français et langues obtenue à Paris 3. « Je suis heureux de te remettre ton master car tu as fait ta scolarité à Argenteuil et obtenu ton bac au lycée Romain Rolland à Argenteuil », déclare le maire en lui donnant son titre. « Je me destine à enseigner le français et l’arabe et je prépare le concours de professeurs des écoles pour la sécurité de l’emploi », dit-elle. Cette étudiante est heureuse de participer à cette Fête de la réussite : « Je me suis faite aider par l’association depuis le collège, j’ai été bénévole et je suis ici pour encourager les plus jeunes, leur dire que c’est possible de faire des études qui leur plaisent. » Un enseignant remercie l’organisateur de la soirée, l’ATMF : « Il faut féliciter de telles associations qui sont des aides complémentaires essentielles pour pallier les manques du système éducatif. »

Stéphanie Varet

Stéphanie Varet

Articles liés

  • Réforme du bac professionnel : la précarité en marche ?

    Le lycée professionnel est-il condamné à rester l'éternel choix par défaut des élèves en proie au doute de l'orientation ? Alors que le nouveau bac professionnel est entré en vigueur depuis 2018, plusieurs voies s'élèvent pour demander une revalorisation d'un diplôme qui concerne plus de 600 000 lycéens chaque année. Décryptage avec le collectif 'Une voie pour tous’.

    Par Hervé Hinopay
    Le 16/11/2021
  • A Saint-Ouen (comme ailleurs) le collège Michelet compte le personnel absent

    Un mois après la rentrée des classes, le collège Michelet à Saint-Ouen compte les absents : un·e professeur·e d’Allemand, un·e assistant·e social·e et un·e infirmier·e scolaire. Parents d’élèves et enseignants se sont rassemblés ce jeudi devant le collège pour exiger des moyens. Reportage.

    Par Héléna Berkaoui
    Le 30/09/2021
  • Le désarroi des étudiants sans master

    Alors que des milliers d’étudiants retrouvent petit à petit les chemins de l’université, nombreux sont ceux qui restent encore à ce jour sans master, après une licence douloureusement obtenue pendant la pandémie. Deux jeunes femmes racontent leur parcours du combattant pour obtenir le droit de poursuivre leurs études. Témoignages.

    Par Félix Mubenga
    Le 28/09/2021