La vie est faite de cycles. Après l’hiver le printemps, après la chute la remontée dans les sondages. A l’école, les cycles ça vaut aussi. Le classement des lycées de France est sorti ce matin et le Bondy Blog tente d’en faire l’analyse. Mais le tour des lycées de la Seine-St-Denis ressemble à un jeu de Monopoly avec les bonnes et les mauvaises cartes, les retours à la case départ et les « Passez votre tour ».

Lorsque je reçois les chiffres des résultats des lycées sous format Excel, une première chose me saute aux yeux : les résultats ne sont pas encourageants pour les villes du 93. Je décide d’utiliser des couleurs pour rendre visible les différences de résultats : en bleue, les lycées de notre département. Là-dessus, je colorie en rouge ceux dont le taux de réussite est en dessous des normes nationales et en jaune ceux qui se trouvent au-dessus. Le lycée dans lequel je travaille, Eugénie Cotton, à Montreuil, apparaît nettement en rouge (pour tout dire, il se situe en deuxième position parmi ceux dont les résultats sont les pires).

A la louche, il semble qu’un élève n’a grosso modo qu’une chance sur deux d’y obtenir son bac et que s’il redouble, il aura une chance sur quatre de moins de pouvoir obtenir un redoublement dans sa matière. Pour autant, ces piètres résultats n’ont pas empêché pas le rectorat de supprimer dans ces lycées plusieurs postes de professeurs, coupes qui auront pour conséquences la fin de dédoublement des classes et un nombre accru d’heures de cours pour des enseignants déjà à bout.

Par contre, à quelques mètres de chez moi, à Bondy, se trouve le lycée l’Assomption. C’est un petit établissement privé devant lequel je passais lorsque j’étais collégien. Il apparaît nettement en jaune dans mon tableau Excel : à vrai dire, il a obtenu 100 % au résultat du bac dans certaines séries (SMS). Son taux d’accès depuis la seconde – c’est-à dire sa faculté de permettre à des élèves de seconde d’avoir leur bac – est 11 % au-dessus de la moyenne nationale. La scolarité y est bien sûr différente de celle des autres établissements publics. Je me rappelle qu’à l’époque, je trouvais que ce lycée était tout petit, me demandais combien cela devait coûter pour y prendre des cours et si les autres jeunes que je croisais étaient bien différents de moi. Je ne l’ai jamais su.

Plus tard, lorsque j’ai quitté le collège, je suis allé au lycée Jean Renoir à Bondy. C’était grand, ça l’est toujours (si j’ai bien compris mon tableau Excell). Cinq séries y sont présentées : le taux de réussite se rapproche un peu plus de la moyenne nationale (73 % de taux de réussite) et, d’après ce que me dit mon tableau, un élève qui rentre en seconde a 5 % de chance de plus d’y avoir son bac mais 5 % de moins de pouvoir y redoubler s’il échoue. Là encore, on supprime des postes, si j’ai bien compris.

La vie scolaire c’est finalement simple comme des cases. Il y a les bonnes, les très bonnes et puis il y a les autres. Comme au Monopoly, il y a des mauvaises cases, ou classes, que personne ne veut. La mauvaise nouvelle, c’est que ce classement intervient alors que la carte scolaire va être supprimée. A partir de septembre, on devrait ainsi pouvoir choisir l’établissement où l’on veut mettre son enfant. Je connais des lycées qui peuvent se faire du mouron.

Axel Ardes

Les derniers articles du Bondy Blog sur la grogne des lycées :

http://20minutes.bondyblog.fr/news/ils-manifestent-pour-garder-leur-prof-congedie

http://20minutes.bondyblog.fr/news/la-lutte-des-classes-continue

http://20minutes.bondyblog.fr/news/veille-de-greve-a-montreuil-deja-en-proie-aux-blocages

http://20minutes.bondyblog.fr/news/panique-au-lycee-jean-renoir

Axel Ardes

Articles liés

  • A Saint-Ouen (comme ailleurs) le collège Michelet compte le personnel absent

    Un mois après la rentrée des classes, le collège Michelet à Saint-Ouen compte les absents : un·e professeur·e d’Allemand, un·e assistant·e social·e et un·e infirmier·e scolaire. Parents d’élèves et enseignants se sont rassemblés ce jeudi devant le collège pour exiger des moyens. Reportage.

    Par Héléna Berkaoui
    Le 30/09/2021
  • Le désarroi des étudiants sans master

    Alors que des milliers d’étudiants retrouvent petit à petit les chemins de l’université, nombreux sont ceux qui restent encore à ce jour sans master, après une licence douloureusement obtenue pendant la pandémie. Deux jeunes femmes racontent leur parcours du combattant pour obtenir le droit de poursuivre leurs études. Témoignages.

    Par Félix Mubenga
    Le 28/09/2021
  • Pas de rentrée scolaire pour les enfants des gens du voyage ?

    Alors que 12 millions d'enfants et ados on retrouvé leurs classes, les enfants des gens du voyage, connaissent de nombreuses difficultés dans l’accès à l'école. Un phénomène qui dure depuis des années, et accentué par la crise du Covid-19. Reportage. 

    Par Amina Lahmar
    Le 08/09/2021