Jeudi matin au lycée Jean Renoir, les élèves avaient le teint blafard. La veille, la nouvelle de la mort de Dany, tué par balles à Bondy Nord, a attristé le lycée. Hommage en rimes brisées.

Curieuse ambiance à Jean Renoir. Pas un bruit dans la cour, le silence, pas un rire aux alentours.  Voyez, notre cour, pourtant d’habitude si joyeuse et amusée, si chahuteuse et gaie, hilare et enjouée, s’est revêtue de noir. C’est l’histoire singulière, d’un jeune homme mort hier. Bondy nord est en deuil. A la télé, dans les JT, on annonce le décès d’un grand de la cité. Daco, en faite Dany, s’est fait tiré dessus à 14 heures. Quatre ou cinq coups de feu ont été tirés, et c’est sa tête qu’une des balles a percutée. Il n’est pas mort sur le moment, il a lutté tant qu’il pouvait, mais il a fini par céder.

Une minute de silence est conservée, un mutisme qui durera en faite toute la journée. Le regard désolant, d’incessantes larmes s’écoulant, les jeunes étudiants ont la mort amère. Douloureux drame qui met la peine aux âmes. Regrettable événement que personne ne comprend. Jour funeste, qu’on le connaisse ou non, la mort n’aura jamais raison. Sombre histoire qui marquera nos mémoires.

Les écoliers sont affectés, pour ne pas dire anéantis. Tous ces esprits bouleversés, la mine triste, le teint défait. La cité est en souffle, encore troublée par les faits. L’esprit confus, et les idées agitées, plus rien n’a de clarté. Le vertige que provoque un décès, le désarroi, les inquiétudes. La mort te touche sans aucune impunité, met le désordre dans les pensées. On ne contrôle rien de notre destinée. Un jour on se lève, la nuit on rêve, et puis tu meurs.

Tous ces grands bonhommes en train de pleurer, et ces filles, livides, de voir leur mentor s’effondrer. Triste jour à Jean Renoir. Pour l’instant, on ne demande qu’à faire le deuil d’un grand frère parti trop tôt. Peu de haine dans nos propos, trop de peine sous mon préau. Ni violence, ni vengeance. Pour l’instant…

Jasmin Nahar

Articles liés

  • A Saint-Ouen (comme ailleurs) le collège Michelet compte le personnel absent

    Un mois après la rentrée des classes, le collège Michelet à Saint-Ouen compte les absents : un·e professeur·e d’Allemand, un·e assistant·e social·e et un·e infirmier·e scolaire. Parents d’élèves et enseignants se sont rassemblés ce jeudi devant le collège pour exiger des moyens. Reportage.

    Par Héléna Berkaoui
    Le 30/09/2021
  • Le désarroi des étudiants sans master

    Alors que des milliers d’étudiants retrouvent petit à petit les chemins de l’université, nombreux sont ceux qui restent encore à ce jour sans master, après une licence douloureusement obtenue pendant la pandémie. Deux jeunes femmes racontent leur parcours du combattant pour obtenir le droit de poursuivre leurs études. Témoignages.

    Par Félix Mubenga
    Le 28/09/2021
  • Pas de rentrée scolaire pour les enfants des gens du voyage ?

    Alors que 12 millions d'enfants et ados on retrouvé leurs classes, les enfants des gens du voyage, connaissent de nombreuses difficultés dans l’accès à l'école. Un phénomène qui dure depuis des années, et accentué par la crise du Covid-19. Reportage. 

    Par Amina Lahmar
    Le 08/09/2021