Nous sommes vendredi. Enfin. Pour les 3e du collège inscrits en option « Découverte Professionnelle », c’est le jour d’une première sortie en entreprise. Il est 11 heures, le cours d’espagnol est terminé, nous filons tous au réfectoire, la prof principale et son collègue nous y attendent pour déjeuner. Pourquoi si tôt ? Nous devons être rue du Faubourg-Saint-Honoré, Paris, à 13h30.

Après avoir mangé en vitesse, la prof nous distribue une feuille de route : la station de métro où sortir, la direction à prendre, le numéro de téléphone du collège, des fois que l’on se perdrait. Comme la petite carte que l’on portait autour du cou en maternelle. En avant ! Après avoir longuement cherché le bâtiment qui abrite la société qui doit nous accueillir, nous voilà arrivés à destination.

Une grande banderole annonce qu’il s’agit d’une journée « porte ouverte ». On nous prête des casques de chantier pour notre sécurité. Nous n’avons pas du tout l’air ridicule ! Bien entendu, les filles protestent car les casques ne sont pas très fashion. Mais c’est le casque ou risquer de prendre une brique sur la tête. Nous nous rendons vite compte que le look, ici, n’est pas la priorité.

Nous sommes plusieurs classes pour cette sortie et tout est super bien organisé : nous sommes d’abord reçus par un maçon qui nous explique en quoi consiste son travail. Nous montons ensuite au 3e étage pour y retrouver des jeunes employés qui nous indiquent quelles études il faut faire pour travailler dans le bâtiment. Malheureusement, aucun de nous ne montre le moindre intérêt à ce qu’ils nous disent, pas même les garçons.

Un chef de chantier nous prend en charge plus longuement pour nous expliquer ce qu’est « un chef de chantier ». Apparemment, c’est beaucoup de responsabilités ! Il nous met au courant des différents métiers du bâtiment. Il en existe beaucoup : maçon, électricien, carreleur… On nous distribue de la documentation pour illustrer tout ça, ainsi qu’une petite lampe de poche comme cadeau. Nous apprenons que le bâtiment dans lequel nous sommes reçus, futur immeuble de bureaux ultramodernes, seront loués à prix d’or !

Notre visite aura duré une demi-heure en tout et pour tout. Je suis légèrement déçue car les profs nous en parlaient comme quelque chose d’exceptionnel, mais au final nous avons passé plus de temps dans les transports que « sur le terrain ». Je ne vous cache pas que prendre le métro avec ses camarades de classe, c’est bien plus marrant que de rester en classe devant un devoir d’histoire-géo, mais franchement, on s’attendait tous à mieux. Rendez-vous pour une prochaine visite !

Sarah Ichou

Articles liés

  • Étudiants sans master : des refus sans fin d’études

    L’année universitaire touche à sa fin et pourtant la détresse estudiantine persiste en raison cette fois-ci des refus en master pour les étudiant.e.s fraichement diplômé.e.s d’une licence. Le hashtag #EtudiantsSansMaster est devenu viral sur Twitter, certain·e·s y racontent leurs déboires, d’autres y dénoncent l’injustice qu’ils estiment subir en raison de la qualité de leur dossier. Témoignages.

    Par Félix Mubenga
    Le 28/06/2021
  • Profs et parents unis pour 100% de réussite au bac au lycée Delacroix à Drancy

    Au lycée Eugène Delacroix à Drancy, Jérémie Fontanieu a déclaré la guerre à l'échec scolaire. Le professeur de science économique et sociale a décidé d'appliquer une méthode qui implique professeurs, parents et élèves pour un résultat net : 100% de réussite au bac. Rémy Barbet l'a rencontré pour en savoir plus.

    Par Rémi Barbet
    Le 24/06/2021
  • Entre frustration et découragement, à Créteil les étudiants présents pour les examens

    Tandis que de les lycéens et élèves en BTS font entendre leur colère depuis des semaines concernant le maintien des épreuves finales en présentiel, les étudiants de plusieurs campus militent pour passer leur partiel en distanciel. Alors même que plusieurs universités entrent dans leur période d’examen, certaines facs ont vu des blocus et manifestations étudiantes se produire au sein de leur établissement. Rappel des faits à Créteil.

    Par Félix Mubenga
    Le 11/05/2021