Lu dans Libération de samedi une longue et très intéressante interview de Richard Descoings, directeur de Sciences-Po, qui va lancer l’expérience d’un « lycée d’excellence » en banlieue. On ricanera peut-être. On pourra regarder comme un projet saugrenu ce mariage de la grande école chic et de la réalité des cités. Et si c’était malgré tout une bonne idée pour faire émerger les jeunes intelligences des milieux défavorisés, pour leur donner confiance et, comme le défend Richard Descoings, pour « casser l’autocensure, le manque d’ambition pour soi-même, la difficulté à se projeter dans l’avenir »?

Par Michel Audétat

Michel Audétat

Articles liés

  • A Saint-Ouen (comme ailleurs) le collège Michelet compte le personnel absent

    Un mois après la rentrée des classes, le collège Michelet à Saint-Ouen compte les absents : un·e professeur·e d’Allemand, un·e assistant·e social·e et un·e infirmier·e scolaire. Parents d’élèves et enseignants se sont rassemblés ce jeudi devant le collège pour exiger des moyens. Reportage.

    Par Héléna Berkaoui
    Le 30/09/2021
  • Le désarroi des étudiants sans master

    Alors que des milliers d’étudiants retrouvent petit à petit les chemins de l’université, nombreux sont ceux qui restent encore à ce jour sans master, après une licence douloureusement obtenue pendant la pandémie. Deux jeunes femmes racontent leur parcours du combattant pour obtenir le droit de poursuivre leurs études. Témoignages.

    Par Félix Mubenga
    Le 28/09/2021
  • Pas de rentrée scolaire pour les enfants des gens du voyage ?

    Alors que 12 millions d'enfants et ados on retrouvé leurs classes, les enfants des gens du voyage, connaissent de nombreuses difficultés dans l’accès à l'école. Un phénomène qui dure depuis des années, et accentué par la crise du Covid-19. Reportage. 

    Par Amina Lahmar
    Le 08/09/2021