Une dizaine d’enseignants du lycée Alfred Nobel de Clichy-Sous-Bois se sont rendus hier place de la Bastille pour le branle-bas, point de départ de la manif. Les professeurs exigent, entre autres, une négociation urgente sur la suppression de 11 200 emplois prévue dans ce secteur et sur leur salaire qu’ils estiment insuffisant.

Mais les caisses sont vides, a reconnu, un peu penaud, le président Sarkozy lors de sa conférence de presse du 8 janvier. Le chef de l’Etat serait-il plus audible à Neuilly qu’à Clichy-sous-Bois ? C’est du moins ce que fait apparaître le comparatif « made in Bondy Blog » sur la mobilisation des profs aux lycées clichois Alfred Nobel et neuilléen Louis Pasteur.

A Nobel, Daniel Peltier, le proviseur, annonce 30% de personnel de l’établissement en grève. « Beaucoup de professeurs sont en stage ou absents depuis le début de la semaine », ajoute le boss en terminant son repas de midi à la cantine du bahut. Autre son de cloche à l’autre bout de Paris. A Neuilly-sur-Seine, l’appel des syndicats à la grève a apparemment rencontré « très peu » d’écho à Pasteur. Selon son proviseur Joël Adrian, contacté par téléphone, « très peu de professeurs font grève aujourd’hui (hier) ».

J’insiste : « Combien ?  - Ici il y en a très peu », répète-t-il, l’air de dire : toi, touche pas à mes petits protégés, ce mouvement ne les concerne pas. Brigitte Biardoux, une responsable du syndicat gréviste UNSA, confirme le propos du proviseur : «Il est peu probable qu’un professeur de ce lycée de Neuilly soit membre de notre syndicat. » Je lui demande son point de vue sur la grève. Au bout du fil, je l’entends sortir sa banderole « droit de réserve » : « Je ne souhaite pas en parler », dit-il. Impossible également d’obtenir le témoignage d’un professeur de Pasteur, syndicaliste ou pas.

Ma curiosité me pousse à me rendre à Neuilly avec l’intention de parler à la sortie des classes à l’un ou l’autre de ces profs si sages. Un quart d’heure en voiture entre le lycée Alfred Nobel et la gare du RER E Le Raincy /Villemomble. Puis une heure et quart de plus avant de débarquer, enfin, sur le boulevard Inkermann, devant la façade du bâtiment en briques. Peine perdue. Déjà 17 heures, et aucun prof ne se pointe dans mon champ de vision. Où sont-ils ? En classes ? Chez eux ? A la manif (une fois cours faits) ? Mystère.

Retour à Clichy-Sous-Bois. Stéphanie Pancrate, professeur d’histoire-géo, manifestante, mise sur « une mobilisation à long terme car un ou deux jours de grève ne peuvent pas changer les choses ». Et de prévenir qu’une « demi-journée de salaire en moins ne [l]’empêchera pas de crier haut et fort [ses] idées ». Sulivan Munoz, autre professeur de Nobel, se sent « beaucoup moins seul dans cette mobilisation que M. Sarkozy ne l’est à la tête du pouvoir » et contribue fièrement à « construire un rapport de force » par le biais de la grève.

Nadia Boudaoud

Nadia Boudaoud

Articles liés

  • Rentrée 2022 : dans le 93, des lycées vont craquer

    Une rentrée chaotique. Plusieurs lycées du 93 ont eu la surprise de voir leurs effectifs d’élèves passer de 24 à 30 dans les classes de première STMG. Le Bondy blog s’est rendu sur les piquets de grève qui essaiment dans ces établissements scolaires à Bondy et à Epinay-sur-Seine.

    Par Névil Gagnepain, Hervé Hinopay
    Le 06/09/2022
  • Les études en France sont-elles vraiment gratuites ?

    #BestofBB Alors que la précarité étudiante est de plus en plus visible et s'est accentuée avec la crise sanitaire, le 13 janvier, Emmanuel Macron a remis en question la "gratuité" des études à l'université. Mais est ce qu'étudier à l'université c'est vraiment gratuit ? Anissa Rami décrypte le discours du président de la République et donne la parole à plusieurs étudiant·e·s.

    Par Anissa Rami
    Le 02/09/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    #BestofBB Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 02/08/2022