En plein mois d’août, le rapport du Haut conseil de l’intégration (HCI) préconisant l’interdiction du port du voile dans les universités a emballé la sphère médiatique. C’est le quotidien Le Monde, qui a donné le la en la mettant en Une mardi dernier. Sur un ton direct et bref, Jean-Loup Salzmann,  Président de la conférence des présidents d’université (CPU) et président de l’université Paris XIII, ne mâche pas ses mots pour expliquer son opposition au rapport du HCI. Entretien.

Quel est votre avis concernant le rapport du HCI, qui a fait la Une du journal Le Monde cette semaine ?

Je pense que c’est une opération de communication qui utilise le fait que c’est le mois d’août, qu’il n’y a pas beaucoup d’information, pas beaucoup de grain à moudre pour les journalistes.

Que pensez-vous de l’idée de légiférer pour interdire le « port du voile » aux jeunes filles dans les universités ?

Personnellement, je pense que c’est une très mauvaise idée. Tout d’abord parce qu’il n’y a pas de demandes des universités, ensuite parce qu’il  n’y a pas de problèmes. Je ne vois vraiment pas l’intérêt de faire une loi quand il n’y a ni demande, ni problème.

Vous êtes aussi président de la faculté de Paris XIII-Nord Villetaneuse. Avez-vous déjà rencontré des difficultés avec ces jeunes filles qui ont la tête couverte ?

Des problèmes, on ne peut pas vraiment dire, ce sont elles, parfois, qui rencontrent des soucis, par exemple pour trouver un stage. Mais dans ces cas-là on essaye de les aider.

Si l’Etat légifère, quelles conséquences cela pourrait-il avoir dans les universités françaises ?

Il n’y aura pas de conséquences car l’Etat ne légiféra pas.

Mais concrètement, aujourd’hui, quelles sont les difficultés auxquelles sont confrontées les universités et qui mériteraient que l’Etat légifère ?

Nous avons beaucoup de problèmes dans les universités aujourd’hui. Tout d’abord des problèmes de moyens. Nous n’avons  pas assez d’argent pour accueillir tous le monde. Des problèmes d’orientations, pour aider les étudiants à s’inscrire dans des filières. Des problèmes de réussite en licence où il y a beaucoup d’échec et enfin, des problèmes d’insertion professionnelle. Ce sont de vrais problèmes qui méritent que l’on s’attarde dessus, pas des faux problèmes qui ne concernent que trois ou quatre personnes.

Imane Youssfi

Articles liés

  • À Villepinte, les enseignants dénoncent des consignes sanitaires insuffisantes

    À Villepinte en Seine-Saint-Denis, l'inquiétude face à l'épidémie de Covid-19 grandit chez les enseignants. Alors que la journée de mobilisation du 10 novembre a été très suivie, deux enseignants nous donnent leurs ressentis sur leurs situations respectives dans cette période difficile, malgré les dernières annonces ministérielles. Témoignages. 

    Par Hervé Hinopay
    Le 13/11/2020
  • « L’association des chercheurs de la pensée critique avec le terrorisme est une accusation très grave »

    A-t-on voulu mettre la recherche en sciences sociales au pas ? La loi de programmation de la recherche portée par la ministre Frédérique Vidal, portait en son sein un amendement polémique (finalement retiré) qui comptait encadrer ces travaux critiques, dans un contexte sensible après deux attentats, et dans un agenda politique où la lutte contre le "séparatisme" est devenu priorité nationale. Mais cette tentative, s'inscrit en réalité dans un contexte plus global de craintes face à aux recherches de la pensée critique. Analyse.

    Par Sarah Belhadi
    Le 11/11/2020
  • Covid-19 : une rentrée tendue au lycée Paul Eluard de Saint-Denis

    Après l’annonce du nouveau protocole sanitaire par le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, des enseignants et lycéens ont décidé de se mobiliser en cette rentrée, pour demander de meilleures conditions d'enseignement face à la propagation du coronavirus. Depuis la rentrée de novembre, de nombreux établissements étaient touché par des grèves et des blocages. Reportage au lycée Paul Eluard de Saint-Denis.

    Par Mateo Falcone
    Le 04/11/2020