« Il est comment, Titus ? », me demandent les jeunes qui se relaient dans le local où crèche L’Hebdo. Je réponds qu’il a environ trente ans, mais qu’il fait très jeune. Titus Plattner est le journaliste qui, cet après-midi, prend la relève aux manettes du blog, alors que Pierre-André Stauffer récupère de son opération dans un hôpital parisien. Titus, ce prénom intrigue et semble opérer un certain charme. Hakim et Kamel s’apprêtent à prendre la voiture pour aller le chercher gare de Lyon, lui et une équipe de la Télévision suisse romande, qui va tourner un sujet sur le projet « Bondy ».

Tiens, voilà Cochon qui entre dans le local. Cochon – un surnom – est un pote de la bande. Je crois qu’il est chrétien. Enfin, pas musulman. Mais attention, pas de méprise. Cochon, ce n’est pas une insulte. Juste de la vanne. Se vanner entre copains, c’est un sport national en cité. Il est 13h15. Hakim a terminé sa prière, qu’il fait chez lui. « Tu viens Kamel, on y va. » Le duo part gare de Lyon.

Entre midi et une heure, Hakim m’a raconté deux-trois choses. Il est en train de monter une association en partenariat avec la mairie. Il a rendez-vous le 8 février avec le maire pour discuter du projet. L’idée n’est pas nouvelle, mais « ça fait six ans que plus rien ne se passe sur ce terrain-là, depuis que l’Etat a réduit les subventions aux communes », affirme-t-il. L’idée, donc, est d’organiser des sorties pour les adolescents de la cité Blanqui. A la montagne, notamment. Hakim a bon espoir qu’un séjour sera mis sur pied d’ici au mois d’avril.

Dans un autre registre, je lui fais remarquer que la cité Blanqui à un côté propret. Pas de tags, pas de dégradations, pas de déchets. Du moins, rien de visible. Il me dit qu’auparavant, c’était sale et dégradé de partout, que des gens faisaient pipi dans les halls d’immeubles. La cité a été retapée, repeinte et tout. Depuis, les habitants sont plus respectueux de leur environnement. « Moi, dit Hakim, j’ai envie que des Gaulois viennent revivre parmi nous. »

Par Antoine Menusier

Antoine Menusier

Articles liés

  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021
  • « On avait envie de ramener les vacances en bas de leurs bâtiments »

    Avec la crise sanitaire, pour de nombreux jeunes des quartiers populaires, l’été se passe souvent à la maison. Pour faire face à un été compliqué, des associations proposent (heureusement) des alternatives pour les plus jeunes. Reportage.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 16/07/2021
  • Le fast food social de l’Après M, 13 organisé à Marseille

    Dans les quartiers Nord marseillais, l’Après-M est en pleine phase de transition : de la débrouille à la structuration, mais toujours dans une quête d'indépendance. En pleine discussion avec la mairie phocéenne qui a annoncé son rachat, le 9 juillet prochain l’Après-M connaîtra la nature de sa propriété et de ses propriétaires. En attendant, l’auto-organisation locale reste toujours la marque de fabrique de la structure qui continue de fournir de l’aide alimentaire. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 08/07/2021