-« Salut Blaise, c’est la relève! »

Attablé au zinc du bar de la gare, mon collègue m’attend le nez plongé dans le journal. Après plus de six heures de TGV, la foule horrible de la gare de Lyon et le RER bondé, cela fait du bien de voir une tête connue. J’arrive de Zurich et j’ai eu largement le temps de lire les quelques 50 pages qui constituent jusqu’à aujourd’hui ce blog. Fichtre, c’est long et c’est bon. Les collègues ont bien travaillé, il faudra continuer sur la même lancée… Blaise tombe à pic. Je n’aurais vraiment pas aimé devoir partir à la recherche du studio du Racing club dans la nuit qui s’est abattue sur la ville. Mais je dois avouer que je suis « déçu en bien » comme on dit chez nous. Je m’attendais à une banlieue d’une laideur plus agressive. En fait, Bondy Sud n’est pas mal du tout, avec une foule de petits pavillons, presque pas de tags, des rues très tranquilles, et des tabacs tous les quelques centaines de mètres. Les barres de béton viendront plus tard.

L’avantage c’est que L’Hebdo dispose désormais beaucoup de connaissances à Bondy. Je mange avec notre ami Mohammed Djeroudi, Jamal le libraire diplômé en droit, dont Roland a fait le portrait cette semaine et Blaise. Deux jeunes noirs entrent et nous saluent, « bonjour », « bonjour » on se serre les mains. « Il ont l’air sympa », je dis à Mohammed. « Euh, ouais, mais ils ont fait des braquages ces deux là ». Glups! ne pas se fier aux apparences.

J’évoque ma première impression positive sur Bondy. « Attention, la France c’est quand même une des nations les plus riches du monde, c’est pas le Bangladesh », me répond Jamal, sans pouvoir cacher la fierté qu’il a dans la voix. C’est rigolo, on a passé une bonne partie de la conversation à parler des mille défauts de la France, de la corruption des élites, de la discrimination des minorités, mais malgré tout, on sent chez lui un grand attachement à sa région, à son pays. Je me demande si les jeunes qui ont brûlé des voitures le long du périphérique auraient la même réaction.

On m’avait dit « sois attentif au langage des cités, il faudrait y consacrer un papier ». Mais pour l’instant c’est plutôt moi qui donne des leçons d’helvétisme à mes hôtes: Je lance plein de candeur un « Est-ce que je peux payer? » (« J’aimerais payer l’adition » en Suisse) qui provoque l’hilarité du patron: « Bien sûr vous pouvez, c’est même recommandé… » En attendant, c’est Blaise qui me fait un cours accéléré des expressions locales: chelou, ouf, taf, femeu, rebeu, renoi… Blaise s’est adapté rapidement. Il commence même à parler des « Gaulois » pour parler des Français de souche!

Par Pierre Nebel

Pierre Nebel

Articles liés

  • La première maison d’écologie populaire de France est à Bagnolet

    #BestOfBB Le mouvement citoyen pour le climat Alternatiba et l'organisation Front de Mères inaugurent un lieu inédit à Bagnolet : Verdragon, la première maison d'écologie populaire de France. Situés dans le quartier populaire de la Noue, les locaux abriteront un projet d’écologie populaire, avec l’ambition d’un fort ancrage politique et citoyen accessible aux enfants et aux familles. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 30/07/2021
  • L’urgence d’apprendre à nager en Seine-Saint-Denis

    Dans le cadre de l'opération "savoir-nager", quatre bassins éphémères vont se relayer tout l'été dans différentes communes de Seine-Saint-Denis pour enseigner la natation dans le département le plus carencé en infrastructure, où un élève sur deux ne sait pas nager en entrant au collège. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 28/07/2021
  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021