Quand j’arrive à la gare de Bondy, hier jeudi 22, Paul m’attend en compagnie d’une équipe de tournage de FR3. Ils ont fait un petit reportage sur le blog de l’Hebdo. On discute et Paul me dit, presque incidemment, qu’en venant à la gare, des petits jeunes du quartier ont crié des insultes et jeté quelques pierres. Les journalistes de FR3 ne s’en formalisent pas: « Ca nous arrive souvent en banlieue », expliquent-ils. Comme un rite.
 
Quelques instants plus tard, quand on arrive à notre local, Mohammed, le président du RC Bondy que vous connaissez déjà bien, ne le prend pas avec autant de légèreté: – Qui a fait ça? Ca m’énerve ce genre d’attitude. S’ils ont quelque chose à dire, qu’ils viennent et qu’ils parlent, ça ne sert à rien de lancer des pierres. Alors, qu’avaient-ils à dire, ces lanceurs de cailloux? On va essayer de les retrouver et d’en discuter avec eux. 

Par Alain Rebetez

Alain Rebetez

Articles liés

  • Ici ou là-bas, des lignes meurtrières et des exilés toujours plus stigmatisés

    Alors que les responsables politiques français se font remarquer par un mutisme complice face aux dernières tragédies des exilés, Barbara Allix a décidé de parler de ceux qui se battent pour ces oubliés. Juriste, spécialiste du droit des étrangers, elle est installée à Briançon (Hautes-Alpes) où chaque jour de nombreux exilés traversent la frontière italienne dans les pires conditions. Elle raconte l’envers du décors de cet engagement pour l’humanité. Billet.

    Par Barbara Allix
    Le 30/11/2021
  • Guadeloupe : « On est obligé d’arriver à des extrêmes dramatiques »

    Depuis la mi-novembre, la Guadeloupe est traversée par un mouvement social profond, allumé par une grève des pompiers et soignants face à l'obligation vaccinale de ces derniers. Un mouvement de grève générale qui s'est suivi par des révoltes urbaines, et qui illustre un malaise profond de la société guadeloupéenne et de sa jeunesse face à l'État français. Témoignages.

    Par Fanny Chollet
    Le 26/11/2021
  • Exilés : « La France et l’U.E vous ont laissés vous noyer »

    27 exilés ont perdu la vie le 24 novembre dernier, alors qu'ils tentaient de traverser la Manche, pour rejoindre le Royaume-Uni depuis Calais. Une nouvelle hécatombe, qui devraient mettre la France et l'Union Européenne face à leurs responsabilités. C'est l’électrochoc que voudrait voir Félix Mubenga, devasté et en colère devant des drames qui se répètent. Comme nous tous. Edito.

    Par Félix Mubenga
    Le 25/11/2021