L’hiver se meurt, la crise demeure. Ça se ressent à l’allure anorexique de notre caddie, et au frigo qu’on peut transformer en vaisselier. Dans ces moments-là, on revient aux valeurs sûres. Des recettes de grand-mère, car c’est bien connu, nos grands-mères faisaient avec rien. Elles ne payent peut-être pas de mine, mais elles nous donnent le sourire. Hauts les cœurs. Moral en fleur. C’est le printemps, mes amis.

Dans une marmite, sur une flaque d’huile d’olive, une pomme de terre dance le tango avec une tomate. Ajoutez-leur des convives, ail, cumin, paprika, et c’est une comédie musicale. Des combines toutes simple. Des haricots blancs frais, re-huile d’olive, des tomates (toujours des tomates), et voilà un ragout à se pâmer.

Mais, modernité, manque de temps ou d’argent, on s’éloigne de tout ça. A chaque fois que je pose à ma cousine la question d’avant-midi : « Tu as fais quoi à manger ? », histoire de glaner une idée, parce que depuis le matin, j’ouvre et referme le frigo en cherchant l’inspiration, elle, me répond : « Je me suis fait des nouilles chinoise instantanées. Deux minutes au micro-ondes. Facile. – Ha, il faudrait que j’y pense un jour. » Autre jour, autre réponse : « Je sais pas ! – Mais tu as donné quoi à ta môme ? – J’ai fait des pâtes avec du ketchup. Qu’est-ce tu veux, la dernière fois j’ai payé 5 poivrons rouge 6 euros et quelques, et toi qui aimes la tomate, actuellement elle est à 4,18 euros le kilo. »

Moi aussi je suis passé par la case « spaghetti-ketchup ». Petit, j’adorais ça. Mais j’ai changé, comme disait Sarkozy durant la campagne 2007. J’ai découvert la saveur de la sauce tomate maison et je garde le ketchup pour les frites. Comme tous les enfants, j’ai fait subir à mes parents les crises du sale gosse, qui se roule par terre, parce qu’il n’aime pas les haricots verts, le chou-fleur ou les cardons aux pois-chiches. Mes caprices sont vite passés. Deux petites claques à chaque roulade au sol.

J’allume la télé. Cuisine TV. « Vous êtes une maman moderne… Aujourd’hui, un truc simple, une recette 10 minutes chrono. » Une animatrice dans une cuisine si propre et si design qu’on hésite à la profaner. La présentatrice qui remet ses mèches en place comme dans une pub pour shampoing, nous propose un plat du sud : une ratatouille. Succès garanti, assure-t-elle. Ça m’intrigue. Mais comment s’y prend-elle ? Elle épluche et coupe des carottes, des aubergines, des poivrons, des courgettes. Les verse dans un plat blanc en céramique. Jusqu’ici tout va bien. Elle ajoute de l’ail et de l’huile d’olive. Toujours rien à redire. Et là, tout sourire, elle révèle son astuce de working-woman : elle met à cuire sa ratatouille aux micro-ondes ! Rémy le rat de Ratatouille doit se retourner dans sa bobine.

J’éteins la télé. Je fais le malin, mais, moi, je n’ai pas de Ratatouille pour me conseiller de bonnes recettes. La plupart du temps, c’est riz, pâtes et pommes de terre. J’inspecte mon garde mangé pour la dernière fois. Patates et œufs. Je sors ma friteuse. Dès que les frites sont cuites, je les glisse dans une poêle chaude avec un peu de matière grasse. Je bats mes œufs et les verse sur les frites. Je retourne presque tout de suite cette galette, pour que l’intérieur reste baveux. Et pour demain ? Il me reste des penne. Allez, demain, des penne au Gorgonzola !

Malik Youssef

Le coin recette : Pommes de terre Chtetha (ragout de pommes de terre).

Idéal quand on n’a pas de viande.

Chorba Boy décline toute responsabilité si vous vous plantez dans la recette.

Ingrédients : 4 ou 5 patates, 2 tomates, 3 gousses d’ail, huile d’olive, beurre, paprika, cumin, poivre noir, piment de Cayenne et sel.

Préparation : Verser 2 cuillères à soupe d’huile d’olive dans une marmite. Ajouter les gousses d’ail écrasées. Faites chauffer. Ajouter une grosse pincée de sel, du poivre noir, du paprika, du cumin et du piment de Cayenne. Râper les tomates, c’est plus rapide, ajouter-les. Mouiller avec un peu d’eau et laisser cuir à feu moyen toute en remuant pour éviter que la sauce accroche.

Quand la sauce est réduite, ajouter les pommes de terre, coupées en morceaux. Noyer les pommes de terre d’eau. Au bout de 20 minutes de cuisson à feu moyen, rectifier l’assaisonnement, si besoin. Ajouter 2 noix de beurre. Et laisser mijoter à feu doux.

Quand les pommes de terre sont cuite, servir avec un filet d’huile d’olive.

Bon appétit !

Malik Youssef

Articles liés

  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021
  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021
  • La cantine des femmes battantes : solidarité féminine, ambition et cuisine

    #BestOfBB Lancée en fin 2019, l’association dionysienne La cantine des femmes battantes vise l’émancipation des femmes précaires grâce à la cuisine. Tous les weekends, Aminata, Mariame, Maïté et Fatou se réunissent pour cuisiner, vendre et livrer une cinquantaine de plats à Paris et en Seine Saint Denis. Issues de parcours compliqués, ces cuisinières ont décidé de monter l’association dont elles avaient besoin, afin d’aider, par la suite, les femmes qui leur ressemblent. Reportage.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 26/07/2021