Voilà Abdelkrim. A Bondy nord, c’est une petite légende, un gars qui salue tout le monde, glisse à chacun des plaisanteries, des mots gentils, bouillonne d’une énergie foisonnante. C’était un turbulent qui aurait pu mal tourner – l’alcool, le « H » – mais qui s’est consacré aux jeunes du quartier. Bondy nord, c’est sa terre. Il y est né, y a travaillé dix ans comme vacataire dans des associations de quartier. Quand son fils est né, il a plaqué l’alcool: « Je suis rentré de la maternité, et plutôt que de sabrer le champagne, j’ai bu de l’eau. Je me suis dit: pourvu que ça dure! Ca tient depuis 7 ans et demie. »

Abdelkrim bouillonne d’idées, de suggestions, il parle d’une association de mères du quartier, Le Lien, il évoque un groupe d’humoristes « super phénoménaux » de la Cité qui jouent en costumes Grand Siècle, ou un petit groupe de rap… J’en parlerai à Michel Audétat, mon collègue de Lausanne qui va arriver jeudi pour prendre la relève.

Mais surtout, Abdelkrim me conduit dans le complexe sportif dont il est le gardien, avec un terrain de foot en plein air et, à côté une salle de basket et un gymnase pour la boxe. Et là, Abdelkrim s’enflamme. Il parle du match qui aura lieu samedi 7 janvier, LE MATCH!

Quel match, direz-vous? Mais celui de Jean-Marc Mormeck, bande de ploucs! C’est un champion de boxe français, un Guadeloupéen qui a passé son enfance à Bobigny et s’est entraîné autrefois à Drancy et Bondy. Un gars du coin, qui a grandi en HLM!

Jean-Marc Mormeck a gagné la ceinture WBA en 2002, il a gagné la ceinture WBC en avril 2005, et le 7 janvier, au Madison Square Garden de New York, il s’attaque à la ceinture IBF. S’il gagne, il aura réunifié le championnat du monde, un événement sans précédent, il sera à la boxe ce qu’Einstein est à la physique!

Sacrebleu. Dire que je n’en savais rien. Dire que vous n’en saviez rien. Dire que le ministre des sports français n’en sait peut-être rien.

Eh bien maintenant vous savez! Tous devant la télé le 7 janvier. Vas-y Mormeck! Tu as la force: Bondy est avec toi!

Par Alain Rebetez

Alain Rebetez

Articles liés

  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021
  • « On avait envie de ramener les vacances en bas de leurs bâtiments »

    Avec la crise sanitaire, pour de nombreux jeunes des quartiers populaires, l’été se passe souvent à la maison. Pour faire face à un été compliqué, des associations proposent (heureusement) des alternatives pour les plus jeunes. Reportage.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 16/07/2021
  • Le fast food social de l’Après M, 13 organisé à Marseille

    Dans les quartiers Nord marseillais, l’Après-M est en pleine phase de transition : de la débrouille à la structuration, mais toujours dans une quête d'indépendance. En pleine discussion avec la mairie phocéenne qui a annoncé son rachat, le 9 juillet prochain l’Après-M connaîtra la nature de sa propriété et de ses propriétaires. En attendant, l’auto-organisation locale reste toujours la marque de fabrique de la structure qui continue de fournir de l’aide alimentaire. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 08/07/2021